10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 23:07
  • Ana Aarfa أنا عارفة

  • Awal ma nsitek أول ما نسيتك

  • Awsafek اوصافك

  • Allah igazeek الله يجازيك

  • Ahbabina ya ain أحبابنا ياعين

  • Ainine عينين

  • Ayam ايام

  • Ala eih Bi yis'alouni قال إيه بيسألوني

  • Al wadaa الوداع

  • Al remsh الّرمش

  • Awqati bitihlow اوقاتي بتحلو
  • Al Karroussa الكرّوسة

     

  • Benkhaf mina el ain بخاف من العين

  • Bawaddaek بودّعك

  • Be omri koullou habitek بعمري كله حبيتك
  • Dendana دندنه

  • Entahina انتهينا

  • Elloum Alina اللوم علينا

  • Fayn Ayamek فين ايامك

  • Frag Ghzali فراق غزالي

  • Gawabaty جواباتي

  • Hekayti maa zaman حكايتى مع الزمن

  • Hobbek Addar حبك قدّر

  • Hanine حنين

  • ikdeb alik اكدب عليك

     
  • Kilmet itab كلمة عتاب

  • Khaleek hena خليك هنا

  • Lola el malama لولا الملامة

  • Layaleena ليالينا

  • Layali el ghorba ليالي الغربة

  • Leil ya layali ليل الليالي

  • Lazem Nefterek لازم نفترق

  • Laou Sa'alouk لو سألوك

  • Mawassem مواســم

  • Mahtagalekمحتجالك

  • Maqadeer مقادير

  • Min Baid من بعيد

  • Men radak rodoh من ردك ردو
  • Maandakchi fikra معندكش فكره

  • Qalbi said قلبي سعيد

  • Soutek nadani صوتك ناداني

  • Tab oua ana mali طاب و انا مالي

  • Wallah zaman والله زمان

  • We malou و مالو

Walou anak ya habibi Baid ولو انك يا حبيبي بعيد

  • Ya msafer wahdek يا مسافر وحدك

  • Yahl el hawa اسمعوني يااهل الهوى

  • Ya khabar يا خبر

  • Ya lil يا ليل

  • Ya lil tol يا ليل طول

  • Ya Khossara يا خسارة

  • Ya habibi يا حبيبي

 

 

 

Mazal waqfine
Nar el ghira نار الغيرة
Chaâbou biladi (1973) شعب بلادي
Portrait 1
Portrait 2
Ergaâ lehiatek ارجع لحياتك Houbak maouassem حبٌك مواسم
Fi youm oua lila في يوم و ليلة Dendana وردة مع بليغ حمدي ـ دندنة Musique du film "Sawt el hob" Warda & Georges Moustaki
Ya Lahbab (Djafar Gacem)
حكايتي مع الزمن
   

 

Elle est née en juillet 1940 en région parisienne d'un père algérien et d'une mère libanaise. Son père était gérant d'un foyer d'ouvriers à Boulogne Billancourt qui sera, dès 1936, un centre d'activités d'organisation nationaliste de lutte pour l'indépendance du Maghreb. Plus tard, il deviendra propriétaire d'un cabaret de musique arabe installé dans le Quartier Latin de Paris, dont Warda sera la vedette jusqu'à sa fermeture en 1958, date de l'exil de toute la famille au Liban. Sa mère, issue d'une grande famille musulmane de Beyrouth, a initié sa fille dès son plus jeune âge à la chanson libanaise.
Ses débuts
Le public découvre Warda grâce à une émission TV pour enfants diffusée par la R.T.F en 1951, alors qu'elle a seulement 11 ans. Chaque jeudi, elle assure la présentation de cette émission et chante une chanson devant son jeune auditoire.
En 1958, alors que la France est préoccupée par la guerre d'indépendance algérienne, la famille de Warda se réfugie à Beyrouth (Liban), où Warda continuera à interpréter des chansons militantes, en particulier "Djamila" dédiée à la résistance des femmes. Quand Warda commence à chanter dans Tanyos, une boîte de nuit célèbre, elle n'a que 17 ans et ses chansons nationalistes ne sont pas adaptées !

Une nuit, le chanteur Mohamed Abdel Wahab est dans le public. À la fin de la représentation, il lui propose de composer pour elle et elle perçoit sa proposition comme un immense honneur. Wahab deviendra ainsi son "parrain" et pour lui, le prix de la gloire est de travailler dur : ses méthodes de travail sont rigoureuses, quasi tyranniques, mais Warda lui sera reconnaissante. C'est à cette époque qu'elle décide d'apprendre l'arabe écrit et "d'effacer" son accent algérien. Jusqu'alors, Warda interprétait ses chansons d'après des textes transcrits phonétiquement en alphabet latin. Désormais, elle le fera avec des textes écrits en arabe. 

En 1959, Riad Sombati (compositeur arabe important), qui n'avait entendu sa voix que sur les ondes égyptiennes qui retransmettaient "Djamila", chantée au Festival de Damas, a été séduit par sa voix. Il décide alors de la prendre sous son aile en l'invitant au Caire, où il composera beaucoup de chansons pour elle. Parmi elles, "Loubat el Ayyam" et "Nida el Dhamir". Quand elle arrive au Caire en 1960, Riad Sombati lui compose, avec l'aide d'un poète égyptien, deux poèmes : "Ya huria ana bendahlek" ("Liberté, j'écris ton nom") et "Dalia Djamila", en l'honneur de la Palestine...

Vers 1961-1962, le président égyptien, Gamal Abdel Nasser, lui demande de participer comme représentante de l'Algérie, à une chanson pour le monde arabe intitulée "Al Watan Al Akbar" ("La plus grande patrie") et composée par Mohamed Abdel Wahab. Warda a eu la chance de l'interpréter aux côtés d'autres grands chanteurs tels qu'Abdel Halim Hafez, Sabah, Fayza Ahmed, Al Sagheera et Najat.

1962 marque l'année de l'indépendance de l'Algérie. Un an plus tard, Warda y retourne chanter pour la célèbration du mariage d'un ancien officier de haut rang de l'armée nationale de libération (ALN). Puis, son mari lui demande de cesser de chanter pour s'occuper de sa famille - ce qu'elle a fait pendant dix ans et qui a failli compromettre sa carrière.

De père algérien et de mère libanaise, Warda El-Djazaïria, de son vrai nom Warda Ftouki, est née le 22 juillet 1939 en France.
Très jeune, elle montre son attirance pour la chanson. Elle commence d’ailleurs, vers 1951, à chanter dans un établissement artistique appartenant à son père, avant d’entamer une carrière en Orient.
Une belle voix, une présence sur scène, le succès est vite au rendez-vous.
Avec le déclenchement de la guerre de libération nationale, elle commence à interpréter des chants patriotiques en faveur de la cause algérienne. Des concerts, des tournées dans le monde arabe.
Les recettes étaient versées au FLN. En 1958, à cause de son militantisme, elle est obligée de quitter la France pour le Maroc, puis le Liban.
Elle reviendra en Algérie en 1962 où elle épousa un militaire qui lui interdit de chanter. En femme dévouée, elle renonce à son rêve et à sa passion.
C’est en 1972, à la demande du président Houari Boumediene qu’elle fait son retour sur la scène artistique, à l’occasion de la commémoration de l’indépendance de l’Algérie. Son époux demande le divorce, elle part en Égypte pour poursuivre sa carrière. Elle retrouve le compositeur égyptien Baligh Hamdi qu’elle épouse par la suite.
Très vite, elle collabore avec les grands maîtres de la chanson arabe, à l’image de Mohammed Abdelwahab, Riyadh Soumbati, Hilmi Bakr et Sayed Mekawi.
C’est l’une des rares rescapées de l’invasion de la chansonnette. Elle a su s’adapter à son époque. Avec “Betwennis bik”, “Haramt ahebbek”, “Nar el ghira”, “El ghorba”…, elle a rompu avec la traditionnelle chanson arabe, tout en gardant la beauté du rythme et des paroles.
Tenace, elle n’a pas baissé les bras. Forte d’un répertoire de plus de 300 chansons, Warda El- Djazaïria a vendu plus de 20 millions d’albums à travers le monde. Outre la chanson, la diva s’est essayée au cinéma et à la télévision, avec notamment “La voix de l’amour” et   “Mon destin et moi”. Sa vie a été un florilège de rencontres et de duos. Elle a même chanté avec Michel Fugain, “Chante la vie chante”, ou Charles Aznavour.

Elle décéda en Mai 2012 à l'âge de 73 ans suite à une crise cardiaque au Caire.

Le président Algérien A. Bouteflika envoya un avion spécial pour son rapatriement à Alger, ou elle fut enterrée au cimetière el Alia.

Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية
Best of, Warda el Djazairia,   من أجمل أغاني وردة الجزائرية

Partager cet article

Repost0

commentaires

Y
WARDA EST MON FAVORITE DEPUIS 1974 DE SA CHANSON MIN BA3ID
Répondre
M
هي وردة كل العرب الله يرحمها
Répondre
Z
Faouzia, voici le link pour la chanson de Warda "Maandakch Fikra"<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=uIt6dbdbzXU&feature=related
Répondre
F
fan comme on qualifie a present ceux qui apprecient un interprete de warda j' essaye autant que possible de suivre ses productions reste que l ' une de ses chansons fetiche pour moi est ma3ndakchi fekra sortie en 1977 ou 78 elle avait ete ecrite par bekri et mise en musique par ryadh sombati une pure chef d' oeuvre helas pour je n 'ai pas reussi a le retrouver en algerie je souhaiterai qu 'on mindique un moyen de lobtenir je vs en remercie par avance cordialement faouzia
Répondre
F
je serais infiniment reconnaissante ala prsonne qui pourrait me procurer ou m indiquer le moyen d acquerir le titre introuvable sur le web encore moins a alger de warda et qui s intitule ma3andakchi fikra sortie en 1977 1978 mercide tout coeur
Répondre
S
warda et le zèro c kifkif
Répondre
W
Warda ღ♡ Ma3andakchi Fekra 3 / Algerie 1977
I
warda el djazairia c'est pour moi la plus grande étoile qui m'a éclairée depuis mon jeune âge, c'est sa voix qui a suscité en moi l'envie de chanter , j'ai de tout temps adorée cette grande dame, je veillais en l'écoutant, en la regardant, elle est la fierté de son pays l'Algerie, je crois que si je suis devenue auteur c'e'st en partie grâce à mon amour et mon admiration pour elle, j'ajoutes que je n'arrêtes pas de la voir dans mes rêves, je sens quand elle ne va pas bien que dieu la garde.
Répondre
B
bravo
Y
bonjour <br /> <br /> merci pour cette bio mais je voudrais juste te préciser qu'il ne s'agit pas d'une émission de TV mais d'une émission de radio de Ahmed Hachelaf, la télé n'est pas ouverte aux indigènes, hachelaf dirigeait les programmes spécifiques sur Paris Inter autrement appelés les émissions en langues arabe et kabyle (elak) ou berbère (elab), auxquelles warda participe repérée dans le cabaret de son père le Tam tam, <br /> cordialement, <br /> Naïma
Répondre
B
ok, message reçu naima..

Abonnez-vous أشتركوا ٱخر أنباء

Ambiance Réseaux Sociaux تابعونا على المواقع الإجتماعية

Roll Over Beethoven