7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 14:38

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 14:27

*

Algérie : Larbi, Adjas, Adghigh, Megharia, Benhalima, Amani, Ouazani, Saib, Rahmani, Belloumi, Madjer
italia : Zenga, Bergomi, De Agostini, Baresi, ferri, Marrochi, Roberto Baggio, De Napoli, Vialli, Giannini, Carnevale

Partager cet article

Repost0
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 18:40

 

   
 

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 20:20

mca-010

mca-035

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 15:37

Partager cet article

Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 12:05

Partager cet article

Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 14:32

1ére MT

2è MT

Partager cet article

Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 12:49

Partager cet article

Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 12:42

*

Partager cet article

Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 12:31

Partager cet article

Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 12:29

Partager cet article

Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 10:46
ES Sétif: Du stade du feu, à Sétif, au théâtre du sacre à Amman
 Date : 19-05-2007/11h4
 Réalisé par : Competition.dz
 
            Avant deux jours de cette mémorable finale, le coach de l’ESS, Rabah Saâdane, répondait à une question qui lui a été posée lors de la conférence de presse tenue à l’hôtel Hayat Regency en ces termes : «Je suis confiant pour l’issue finale de ce match, car je ne suis pas venu à Amman pour faire du tourisme.» Et lorsque le referee égyptien Issam Abdelfattah sifflait la fin de la rencontre, nul doute que Saâdane était l’homme le plus heureux, car il venait de réaliser le rêve de tout un peuple en remportant ce prestigieux trophée après sa victoire sur El Fayçali.
 
            
Cette belle aventure entamée au Soudan et terminée en apothéose en Jordanie, en passant par le Koweït et l’Arabie Saoudite, a permis à l’ES Sétif de monter sur le toit du football arabe. Une consécration qui étoffe le prestigieux palmarès du club de Aïn El-Fouara.

 

Début de la suprématie algérienne
Depuis leur arrivée dans la capitale jordanienne, les joueurs se sont concentrés sur l’important rendez-vous de jeudi face à El Fayçali de Amman. Cette équipe qui avait réussi, quinze jours auparavant, à imposer le nul sur la pelouse du 8-Mai 45 devant plus de 30 000 fans, tous acquis à la cause des Noir et Blanc. Cette fois, les hommes de Rabah Saâdane ont foulé la pelouse du Stadium international de Amman avec un cœur purement «algérien».

Pression jordanienne dès l’entame du match
Lorsqu’à 18 heures (heure algérienne) l’arbitre égyptien libéra les 22 acteurs, les locaux d’El Fayçali n’ont pas attendu le round d’observation pour occuper le camp sétifien en adoptant une stratégie offensive à outrance. Cela n’a nullement perturbé les Sétifiens qui se sont montrés calmes et sûrs d’eux. Au contraire, c’est le capitaine de l’ESS, Issaâd Bourahli, qui se procurera une nette occasion de scorer dès la 6e minute en adressant une belle passe à Farid Touil, incorporé contre toute attente à la place de Ziaya. Touil a failli tromper le gardien jordanien Louaï qui eut chaud sur cette action. El Fayçali exploita une grosse bourde de la défense sétifienne, que le gardien Hadjaoui sauvera un tir puissant dévié en corner. Les Sétifiens auront à la 13’, une autre opportunité par l’entremise de Lemouchia qui, libre de tout contrôle, adresse un tir des 20 m, sauvé in extremis par le portier d’El Fayçali. Ce n’est qu’à partir de la 20’ que la formation d’Aïn El-Fouara marque son emprise sur son adversaire après avoir monopolisé le milieu de terrain permettant ainsi au trio Derradj-Bourahli-Touil de lancer des incursions dangereuses dans le camp jordanien. D’ailleurs, Touil donnera l’occasion à Keita d’adresser un bolide qui rate de peu le cadre de Louaï (26’). Cette chaude alerte donnera la chair de poule au coach d’El Fayçali, Adnane Hamd qui n’a pas hésité de la ligne de touche à donner des consignes strictes de museler le renard Bourahli à l’origine du danger imposé par les Sétifiens.

Saâdane réussit le K.-O.
Cette domination sétifienne qui a surpris le public d’El Fayçali continuait de plus belle avec les incessants rushs qui ont pour origine Raho et Adico. Ainsi, après une occasion locale (30’), ratée par Saâd, l’ESS rate une belle occasion entreprise par le milieu, la balle aboutit chez Derradj qui adresse une passe latérale gâchée lamentablement par Touil et Bourahli qui n’ont pas su l’exploiter (42’). Heureusement, que le but libérateur viendra 3 minutes après (45’+1) lorsqu’une touche de Yekhlef sur Bourahli permet à ce dernier d’adresser un autre vers Derradj que d’un ciseau acrobatique adresse la balle sur le poteau, que Touil reprend victorieusement en inscrivant le seul but de la finale.

Le roi arrive
El Fayçali appuie sur l’accélérateur
Juste avant l’entame de la seconde période, le roi Abdallah de Jordanie accompagné de la princesse faisant son apparition à la tribune officielle, le moment que choisit l’équipe d’El Fayçali pour appuyer sur l’accélérateur afin de combler son handicap accusé à la toute dernière minute de la 1re période. Toutefois, ce sont les Sétifiens qui rateront deux belles aubaines par Adico (46’). Cela n’empêchera pas les Jordaniens de faire pression sur la défense sétifienne obligée de parer au plus pressé. Ainsi, Seradj Tell aura pas moins de quatre occasions de revenir à la marque (50’, 55’, 57’ et 63’) que le gardien Hadjaoui étincelant, annihilera avec brio et courage.
A la 72’, Keita aura le 2e but au bout du pied, après un excellent travail collectif de toute la ligne d’attaque que le portier d’El Fayçali déviera difficilement en corner.
Hadj Aïssa incorporé dans le dernier quart d’heure sera menaçant à la 84’, sur un terrible contre, mais échouera dans sa tentative de consolider davantage la victoire de l’ESS, nouveau roi du football arabe.

Le roi Abdallah quitte le stade sans remettre le trophée
Dès le coup de sifflet final du match El Fayçali-ES Sétif (0-1), on s’attendait à ce que le roi de Jordanie descende sur le terrain pour remettre les médailles et le trophée au capitaine du club sétifien, mais il a préféré quitter le stade, laissant le soin à son frère, Ali Ben Hocine.
H. L.

Fiche technique:
El-Fayçali 0 - ESS 1
Stade d’Amman, affluence nombreuse, temps clément, bonne organisation, Arbitrage de M. Issam Abd El-Fettah assisté par MM. Walid Chaâbane et Sobhi Rached.

Averts : Raho (23’), Benchadi (78’)
Keïta (48’), Adico (49’), Hadj Aïssa (77’), Bourahli (83’) - ESS
Mohamed Khemis (35’) - El-Fayçali.

But : Touil (45’+1) - ESS

ESS : Hadjaoui, Raho, Yekhlef, Maïza, Benchadi, Keïta, Lemouchia, Adico, Touil (Delhoum 74’), Bourahli (Ziaya 83’), Derradj  (Hadj Aïssa 66’)
Ent. : Rabah Saâdane.

El-Fayçali : Louâ Lamara, Mohamed Mounir, Mohamed Khemis, Mohamed Zohir (Mohamed Kechk 46’), Khaled Omar (Mouaid Salim 75’), Hatem Akl, Hyder Abdelamir, Kaci Abou Alia, Khaled Saâd, Serradj El-toul, Abdelhadi Lamharma (Hittem Chebboul 63’).
Ent. : Adnan Hamd

Les faits saillants du match :
13’, tir puissant de Lemouchia des 20 m, Louâ sauve sa cage difficilement, première action dangereuse depuis l’entame de la rencontre.
20’, échange de balle entre Kaci et Khaled Saâd, ce dernier tire puissamment, le cuir passe au-dessus de la barre transversale.
45’+1, touche exécutée par Yekhlef pour Bourahli, ce dernier remet vers les six mètres, Derradj tente un coup de ciseaux, le portier s’interpose et repousse le ballon, Touil, à l’affut, envoie le ballon au fond des filets.
63‘, Hadjaoui sauve sa cage suite à un tir de la tête de Kaci Abou El-Alia.
83’, corner exécuté par Khaled Saâd, malentendu entre Maïza et Benchadi qui a failli coûter cher à l’Entente.
88’, Hadj Aïssa, au milieu du terrain hérite du cuir ; il parvient à mettre dans le vent deux défenseurs adverses,  remet le ballon à Ziaya qui rate l’occasion de tuer le match.
Adnane Hamd (entraîneur d’Al-Fayçali) :
«L’ESS est une grande équipe»
«La rencontre a été très difficile devant une bonne formation de l’ESS qui mérite largement le trophée. Elle a réalisé un grand parcours. Les deux équipes méritaient d’être en finale. C’est cela le football, il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur. Concernant notre prestation d’aujourd’hui, il nous est arrivé ce qui est arrivé à l’ESS au match aller : on a manqué de concentration».

Rabah Saâdane (entraîneur de l’ESS) : «Je dédie ce trophée au peuple algérien»
« Nous avons fourni beaucoup d’efforts pour en arriver là, que ce soit de la part des joueurs, des dirigeants ou du staff technique, sans oublier le public qui s’est déplacé en masse pour nous soutenir. Le plus important est d’avoir décroché la coupe, ainsi nous sommes rentrés dans l’histoire. Nous avons bien défendu les couleurs nationales, j’offre ce titre de champion arabe au peuple algérien et je souhaite davantage de succès ; maintenant nous allons nous reposer trois jours avant de préparer le match de coupe d’Algérie».

Comment ils ont joué
Hadjaoui :
Hadjaoui a contribué en grande partie à ce succès, il mettait en confiance ses camarades que ce soit par ses sorties musclées ou dans les face-à-face. Malgré quelques erreurs commises par les défenseurs Benchadi et Maïza, notamment en deuxième mi-temps, il a su étaler toute sa classe en préservant sa cage vierge. Hadjaoui reste fidèle à lui-même et le chouchou des supporters sétifiens n’a encaissé que 7 buts durant cette compétition ; il mérite le titre de meilleur gardien.

Raho :
C’est la tête pensante de l’équipe et l’un des joueurs les plus expérimentés, sa grande connaissance lui a donné une confiance énorme en soi, il a bien accompli sa tâche que ce soit en défense ou en attaque.

Yekhlef :
Il a fait preuve d’une grande intelligence dans le marquage de ses adversaires. Tout en mouvement, il a réussi, plus d’une fois, à donner des passes à l’intérieur de la surface de vérité à ses camarades qui auraient pu les transformer en buts, s’ils les avaient bien exploitées.

Benchadi :
Si Benchadi est très calme hors des stades, sur le terrain, il a démontré un esprit combatif, fonceur ; il ne doute jamais, il a été efficace face à Al-Fayçali.

Maïza :
Maïza s’est montré très calme mais décisif, un véritable obstacle pour les attaquants jordaniens, notamment sur les balles aériennes. On lui a relevé une seule faute lorsqu’il a tenté de faire une passe à un de ses camarades par talonnade, ce qui a failli coûter cher à l’équipe.

Keïta :
Véritable poumon de l’équipe, il a fait échouer toutes les actions d’Al-Façali, il a stoppé l’élan de l’attaque adverse avec courage et détermination, il a donné plusieurs ballons à la ligne offensive qui n’a pas su les transformer en buts, comme il a raté un but tout fait à la deuxième période.

Lamouchia :
Il a eu le rôle de constructeur, véritable coordinateur entre la ligne défensive et le milieu et aussi l’attaque. Très intelligent dans ses passes, toujours en mouvement, tantôt a droite, tantôt à gauche, toutes ses balles ont pu arriver aux attaquants avec précision.

Adico :
Aux côtés de Lamouchia et Keïta au centre et ailier droit lorsque la balle est dans le camp sétifien, c’est le point fort du milieu

Derradj :
Grâce à son intelligence et ses débordements sur le côté gauche, il a pu créer d’énormes problèmes à la défense d’Al-Fayçali et a été derrière le but de Touil.

Touil :
Il a joué beaucoup plus sans ballon. En mouvement, il a longtemps attiré la défense adverse, mais a réussi à tromper sa vigilance et à inscrire le but de la victoire évaluée à 1,5 million de dollars.

Bourahli :
Il a contraint l’entraîneur Adnane Hamed à focaliser la défense sur lui. Il a participé à toutes les attaques de son équipe, il a créé beaucoup de problèmes aux camarades de Mohamed Khenis.

Hadj Aïssa :
Il a remplacé Derradj à la 66’, il n’a pas eu beaucoup d’occasions pour montrer son savoir-faire, il a néanmoins donné deux balles franches à ses coéquipiers.

Ziaya :
Il a joué 7 minutes, il a pu effectuer deux à trois attaques. Il a ainsi créé un danger dans le camp de Louâ, et il a failli le tromper.

Delhoum :
Il a joué 15 minutes, le coach a fait appel à lui pour booster le milieu et la ligne défensive et ainsi garder les bois de Hadjaoui vierges. Son incorporation a été très positive.

Kermali : «Mention spéciale pour Hadjaoui»
«Mabrouk pour tout le peuple algérien et pas seulement pour les Sétifiens. L’ESS a pu donner un rayon de soleil pour le football algérien qui en a grandement besoin. Cette consécration a prouvé qu’on recèle de bons joueurs et des équipes capables des plus bels exploits pour peu qu’on leur procure les moyens nécessaires. Je suis très content pour l’ESS qui a réussi à renaître de ses cendres et cette coupe arabe est une preuve de l’excellent travail réalisé par l’état- major de ce club qui a toujours servi le football algérien. Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin et je suis persuadé qu’il y aura d’autres clubs qui vont faire honneur à l’Algérie. Je remercie le président, le staff technique et, bien sûr, les joueurs qui n’ont pas douté de leurs moyens. Je tire chapeau au gardien Samir Hadjaoui qui a été excellent surtout en 2e période et qui mérite une mention spéciale. Actuellement, l’Entente de Sétif est pour moi de loin la meilleure équipe algérienne.»

Harkas : «J’aurais aimé être avec eux»
«J’ai suivi la rencontre avec une grande émotion. J’étais très heureux après la consécration de mon ancien club avec lequel j’ai passé d’excellents moments. Durant la première phase du championnat, j’ai porté le maillot de l’ESS et je peux vous dire qu’on a beaucoup souffert durant cette épreuve. L’ESS mérite amplement ce trophée après un parcours plus qu’honorable. Je suis aussi content pour le gardien Samir Hadjaoui ainsi que pour l’auteur du but, Farid Touil qui ont fourni une prestation de premier ordre. J’aurais aimé être avec l’ESS pour goûter à la joie de cette coupe. Mais le destin a en voulu autrement. Peut-être que j’aurais l’occasion de décrocher la coupe d’Algérie avec l’USMB.»

Guenifi : «Sétif, fierté de l’Algérie»
«Je suis très heureux pour l’ESS, l’équipe de ma ville natale. C’est cette formation qui m’a vu grandir. J’ai défendu les couleurs de cette équipe que je porte toujours dans mon cœur. Je félicite les joueurs qui ont tant donné pour en arriver là. Tout le mérite leur revient. Ils ont représenté honorablement le pays en étant de vrais ambassadeurs durant cette compétition internationale. L’Algérie est fière d’eux. L’Entente a donné du bonheur à toute une nation. J’espère que ce titre en appellera d’autres.»

Hannachi : «C’est merveilleux»
«Je suis très content pour nos amis sétifiens, c’est merveilleux pour le football algérien d’embrasser ce genre de titre. C’est la preuve qu’il ne se porte pas si mal que ça. Je félicite M. Serar en tant que président ainsi que tous les joueurs qui ont contribué à cette consécration. Je tiens également à adresser un grand bravo à Raho, l’artisan de cette victoire. Tous les Algériens partagent le bonheur de la famille sétifienne car cette consécration est celle de tout un peuple. Ça fait énormément plaisir de voir un club algérien réussir dans une compétition internationale.»

Les Sétifiens n’oublient pas Belhout
Si Rabah Saâdane a eu le mérite de mener l’ESS vers le sacre dans cette prestigieuse et lucrative compétition arabe, son prédécesseur, Rachid Belhout, a montré la voie à suivre et a contribué à cet authentique exploit. Les Sétifiens, à leur tête le président du club Abdelhakim Serar, ne l’oublient pas. Tout le monde à Sétif a eu une pensée pour l’actuel driver de l’USMA. C’est sous sa coupe que l’Entente s’était qualifiée pour les quarts de finale et avait pris même une sérieuse option pour la qualification en demi-finale. Saâdane n’a jamais oublié son prédécesseur et le travail qu’il avait effectué. «J’ai juste poursuivi l’œuvre de Belhout qui a fait du bon boulot à l’Entente», ne cesse de dire celui qui a mené la formation de Aïn El-Fouara vers son premier titre arabe.

L’entrée au stade sous haute surveillance
La présence du Roi de Jordanie, Abdellah, a poussé les organisateurs à mettre tous les moyens pour qu’il n’y ait pas de dérapage. L’entrée du stade s’est effectuée sous haute surveillance.

Un supporter de la JSK présent
L’Entente de Sétif est l’équipe de tous les Algériens, et pas seulement des Sétifiens, puisque, durant cette rencontre, on a remarqué le drapeau jaune et vert de la JSK. Un supporter de Tizi-Ouzou est venu spécialement pour soutenir l’ESS.

600 supporters algériens dans le stade
Avant le début du match, les supporters de l’ESS, qui se sont déplacés en Jordanie, étaient environ 600, sans oublier les Algériens résidant en Jordanie et en Syrie.
Serar : «Maintenant, à nous la coupe d’Afrique»
«Ce n’est pas le fait du hasard, ce trophée on l’a programmé lors des trois dernières saisons. Ceci dit, cette saison les hommes d’affaires qui nous ont aidés ont compris qu’ils peuvent nous faire confiance. Ils nous ont donné de l’argent, on leur a ramené le trophée, en attendant les autres consécrations. Qu’ils soient rassurés, leur argent n’est pas parti en fumée. Qu’ils nous aident pour gagner la coupe d’Afrique. Ceci dit, on a fait honneur au peuple algériens et les supporters de l’Entente en particulier.»

Ziaya : «Ce trophée nous ouvrira d’autres consécrations»
«J’ai effectué mon entrée en seconde mi-temps. La rencontre était très difficile, mais grâce au sérieux et l’abnégation de mes coéquipiers, qui ont appliqué à la lettre les consignes, ils étaient comme un seul homme sur le terrain. Hamdoullah, on n’a pas déçu les Algériens et surtout nos valeureux supporters. Ce trophée nous ouvrira d’autres consécrations. Je dédie cette coupe à tout le peuple algérien et ententiste, je n’oublie pas ma famille du petit au grand, ainsi que les habitants de Guelma.» 

Lahlou : «L’ESS a honoré l’Algérie»
«Ça a été extraordinaire, ils nous ont honoré à plus d’un titre. L’ESS a fait un grand parcours dans cette épreuve, elle mérite cette consécration et tout est à leur honneur. J’espère que le NAHD leur emboîtera le pas à l’avenir.»

Hadj Aïssa : «C’est pour mes parents»
«C’est mon premier titre. Je le dédie à mes valeureux parents que Dieu me les garde, au peuple algérien en général et la famille ententiste en particulier. Cette équipe m’a beaucoup donné. Je n’oublie pas aussi la presse algérienne qui m’a beaucoup aidé, ça je ne l’oublierai jamais.»

Raho : «C’est pour Saâdane, en premier lieu»
«C’est l’Algérie qui a été consacrée pas seulement l’Entente. Aujourd’hui, c’est l’équipe nationale qui a gagné. Depuis le mois d’octobre, on a fait le Soudan, l’Arabie Saoudite, le Koweït et ensuite Amman sous la coupe de cheikh Saâdane, donc c’est l’EN vous voyez. Je dédie notre trophée à Saâdane, au peuple algérien à Chouater Zoheir qui nous a porté chance dans cette finale.»

Yekhlef : «Pour Sétif et Tlemcen»
«C’est ma première consécration de ma carrière sportive, ce n’est pas venu par hasard. Tout le monde à Sétif, la direction, les dirigeants, les staffs technique, médical, les joueurs et surtout les supporters tous se sont sacrifiés pour cet objectif. Chapeau à nos fans qui ont sillonné l’Algérie entière, et aujourd’hui ils nous ont fait un cadeau en venant à Amman. On ne les a pas déçus, c’est notre bonheur. Ceci dit, je dédie cette coupe au peuple algérien ainsi qu’aux Sétifiens et aux Tlemcéniens.» 

Partager cet article

Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 10:37
Al fayçali 0 - ESS 1
Rois d’Arabie !

Stade : Amman-Stadium (Amman)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Issam Abdelfatah, Walid Chabane, Sobhi Rached
Averts : Raho (23’), Keita (48’) Adiko (49’), Hadj Aïssa (78’), Yakhlef (79’), Bourahli (83’) (ESS). Khaled Nemr (35’) (El Fayçaïli)
But : Touil (45’+3) (ESS)

Al Fayçali
Louaï Laamayra, Mohamed Mounir, Mohamed Khemis, Mohamed Zaher (Mouad Aboukechk 46’), Haïder Abdelamir, Khaled Saâd, Khaled Nemr (Mouad Salim 76’), Hatem Akkal, Gaci Aboualia, Serradj Tael, Hadi Harama (Haytem Cheboul 64’)
Entraîneur : Adnane Hamed

ESS
Hadjaoui, Raho, Yakhlef, Maïza, Lamouchia, Benchadi, Keita, Adiko, Derradj (Hadj Aïssa 67’), Touil (Delhoum 74’), Bourahli (Ziaya 83’)
Entraîneur : Rabah Saâdane

L’Entente sétifienne s’est imposée jeudi soir au Amman-Stadium face à Al Fayçali par la plus petite des marges et remporte ainsi son premier titre majeur après dix années de disette. Tenu en échec à Sétif lors du match aller, la formation algérienne aura réussi le pari d’aller ramener le trophée de la lointaine Jordanie à la grande joie du public algérien qui fut dans son ensemble solidaire avec l’Entente sétifienne. Le match n’est pas modèle du genre, les deux équipes jouant la prudence. La partie débute pourtant sur un bon rythme, les Jordaniens imposent leur jeu et se veulent impressionnants de sérénité. Sétif, bien en place, attend derrière et construit,  attendant sans doute le moment propice pour aller planter une banderille. Khaled Saâd adresse un bolide des 20 mètres, Hadjaoui s’envole et détourne en corner. Les hostilités sont ouvertes. Le match s’emballe. Les Jordaniens exercent une très forte pression sur la défense sétifienne. Lamouchia, Keïta et Benchadi se démênent comme des diables au milieu du terrain pour essayer de stopper l’adversaire le plus loin possible de la cage de Hadjaoui. La bataille du milieu est alors engagée, les Jordaniens cherchent dès lors un passage par les ailes. Consignes strictes aux Sétifiens : fermer tous les passages et bloquer l’adversaire très haut. La situation est bloquée, les joueurs d’Al Fayçali se rendent comptent qu’ils sont loin des buts adverses et que les passages sont sévèrement gardés. Ultime recours, les longues balles aériennes en direction du point de penalty. Le jeu est haché. Les Sétifiens, visiblement bien en jambes, occupent tous les espaces et gagnent beaucoup de duels. C’est de bon augure pour la suite. A la demi-heure de jeu, les occasions de but se comptent sur les doigts d’une seule main. En prenant position au milieu du terrain, les Sétifiens vont tenter à leur tour de porter le danger dans la zone adverse. Yakhlef et Raho multiplient les appels de balles sur les ailes, ils sont servis. Al Fayçali éprouve de la peine à contenir les incessants assauts venus des ailles. Saâdane flaire le bon coup, il se lève et demande à ses joueurs de persister sur cette voie.  Le coup s’avérera gagnant. On joue le temps additionnel de la première mi-temps, Yakhlef s’envole sur le flanc gauche, il fait un appel, il est immédiatement servi, le Tlemcenien de l’Entente déborde et centre au point de penalty. Adiko, qui avait suivi, saute, mais ne peut reprendre. La défense jordanienne montre des signes de panique, mauvais renvoi. Derradj, le petit lutin, exécute alors un retourné acrobatique extraodinaire, il frappe dans une position impossible, Louaï Laamayra se couche, mais il ne peut intercepter la balle qui revient en jeu, surgit alors Touil qui reprend victorieusement. Sétif prend l’avantage. Deux secondes plus tard, M. Issam Abdelfatah siffle la fin de la 1ère mi-temps. La seconde période est une véritable bataille entre les deux équipes. Sétif va dresser une muraille derrière et opérer par des contres. A cours d’arguments tactiques, Al Fayçali va balancer de longues balles aréiennes dans l’espoir de contourner l’arrière-garde algérienne.  En vain. En opérant par des contres, les Sétifiens sont même à deux doigts de faire le break. Après quelques petites frayeurs de part et d’autre, M. Abdelfatah siffle la fin de la partie. Sétif est championne arabe. Elle l’aura amplement méritée.
Sidi Othmane Nedjmedine

Derradj a fait taire les critiques
Très critiqué lors du match aller par les fans sétifiens pour sa prestation moyenne, l’attaquant ententiste Yacine Derradj a réservé sa réponse sur le terrain en produisant jeudi dernier une partie de haute facture face à la formation jordanienne avec en point d’orgue un retourné acrobatique quyi a obligé Laamayra à relâcher le cuir, permettant à Touil de scorer. Une belle revanche pour Derradj lequel par sa prestation aura sans doute doute gagné l’estime et le cœur des Sétifiens. D’ailleurs, au coup de sifflet final, le joueur en question très ému n’a pas pu contenir ses larmes, même le président Serrar n’a pas réussi à le calmer. Ce n’est qu’une demi-heure plus tard que Derradj s’est calmé, soit après la cérémonie de la remise du trophée.

Amman sous le charme des Sétifiens
Les quelque cinq cents supporters sétifiens ont défilé dans la joie, jeudi soir, à travers les rues de Amman. Tous de noir et blanc vêtus, ces supporters ont pris d’assaut la principale artère de la capitale jordanienne et ont chanté et dansé sous le regard amusé des Ammanais qui, il faut le souligner, ont eu un comportement des plus honorable en dépit de la défaite. Escortés par un cordon de sécurité, ils ont principalement chanté l’inusable refrain algérien : «One, two, three, viva l’Algérie !» Une ambiance extraordinaire qui a ému plus d’un. Quelques heures plus tard, tout ce beau monde a été prié de rejoindre l’aéroport international d’Amman pour rentrer au pays.

El Heddaf et Le Buteur en direct au JT d’El Jazeera
Un de nos envoyés spéciaux en Jordanie, Samir Bechir, a été interviewé en direct par la chaîne d’information El Jazeera. Il était intervenu en direct des studios de la chaîne sis à Amman, lors du JT de midi (heure algérienne). Samir Bechir a, au cours de cette interview, répondu aux questions relatives au match retour  El Fayçali-ESS et sur le traitement de l’information par nos deux publications, El Heddaf et Le Buteur, de ce grand événement footballistique arabe.

Kassaman à plein poumon
Contrairement aux cérémonies protocolaires de part le monde, au cours de cette finale de la Ligue des champions arabe, il n’y a point eu d’hymne national de l’équipe visiteuse. Les éléments de la fanfare de la Garde royale hachémite ont exécuté l’hymne national jordanien et quitté le terrain juste après. C’est ce qui a fortement déplu aux centaines de supporters algériens. Mais qu’à cela ne tiennent, après avoir copieusement sifflé la fanfare au moment où elle sortait, pour exprimer leur mécontentement, les supporters sétifiens se sont levés comme un seul homme pour entonner à plein poumon Kassaman. Un moment de solennité qui a donné la chair de poule à plus d’un, surtout que les joueurs de l’ESS se sont tous mis au garde-à-vous en écoutant leurs supporters chanter en chœur l’hymne national. Il est utile de signaler le comportement exemplaire des supporters jordaniens qui ont observé un long silence dès que l’hymne national algérien était chanté par les supporters sétifiens.

45’+3, le Amman-Stadium s’enflamme
En dépit des rigoureuses fouilles au corps à l’entrée du stade, les Sétifiens ont pu faire entrer des fusées éclairantes (appelées à tort chez nous des fumigènes). On a pu compter des dizaines de ces fusées actionnées tout au long de la partie. Là où le spectacle fut vraiment impressionnant, c’est lorsque dans les temps additionnels de la première mi-temps, Farid Touil ouvrit la marque. Une vingtaine de ces fusées furent actionnées, à la grande joie des… supporters jordaniens qui n’ont jamais vu pareil spectacle en direct.

Un maillot géant dans les gradins
Ce qui était le plus remarqué dans les gradins réservés aux supporters sétifiens, c’est incontestablement ce maillot géant aux couleurs de l’Entente déployé par les fans de l’ESS. Impressionnés, les supporters d’El Fayçali se sont tus au moment où ce maillot immense a été déployé pour la première fois.

L’emblème national, une fierté
Les supporters de l’ES Sétif ont pratiquement tous ramené dans leurs bagages l’emblème national. Le drapeau vert et blanc, frappé du croissant et de l’étoile rouge, a été fièrement déployé tout au long de la partie. D’ailleurs, dans les gradins réservés aux supporters sétifiens, il y avait beaucoup plus de vert, blanc et rouge que du noir et blanc. Certains que nous avons abordés à ce sujet ont été catégoriques : «Oui, nous sommes de Sétif et sommes venus spécialement pour encourager notre équipe. Mais plus qu’Algériens que Sétifiens, l’emblème national est notre fierté. Aujourd’hui, c’est l’Entente sétifienne qui joue, certes, mais quelle Entente sétifienne si elle n’est pas avant tout algérienne !», nous ont-ils dit en chœur.

Le professionnalisme de Aïssa Madani
Notre confrère de la Chaîne I, Aïssa Madani, animateur de l’émission hebdomadaire «Studio el kora» s’est montré encore une fois professionnel, comme il l’a toujours était d’ailleurs. Au cours de l’émission, diffusée, une fois n’est pas coutume, à partir de Sétif, certaines personnes se sont permises de critiquer la façon de jouer de l’ESS, égratignant au passage l’entraîneur Rabah Saâdane. Ce qui a fortement déplu à Aïssa Madani qui a aussitôt replacé les débats dans leur contexte tout en précisant que le trophée est à Sétif et que l’heure n’est pas au règlement de compte, mais plutôt à la fête et à la joie.

Bouteflika envoie un message de félicitations
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a envoyé un message de félicitations à la délégation sétifienne après sa victoire en finale de la Ligue des champions arabe. Le président de la République a tenu à féliciter tous les membres de la délégation de l’ES Sétif, joueurs, entraîneurs et dirigeants, pour cette autre victoire de la jeunesse algérienne. Par ailleurs, le chef du cabinet de la Présidence, M. Kendil, a, au cours d’une conversation téléphonique avec le président Abdelhakim Serrar, félicité au nom du président Abdelaziz Bouteflika tous les joueurs sétifiens pour cette victoire.

700 DA pour se rendre au stade
Face au manque de transport (les taxis étant réquisitionnés par les étudiants qui allaient se rendre chez eux ce jour-là), les supporters de l’ESS ont dû débourser chacun 7 dinars jordaniens (l’équivalent de 700 dinars algériens) pour se déplacer de l’hôtel vers le stade pourtant pas si loin et qui se trouve en plein centre-ville. Les clandestins ont donc saisi l’opportunité pour dépouiller leurs clients.

Ittihad Djeddah,  le baromètre de la Coupe arabe
Comme ce fut le cas la saison dernière, il s’est avéré que l’équipe qui éliminait Ittihad Djeddah remporte la   Coupe de la Ligue des champions arabe. Tout comme   l’équipe tunisienne de Sfax qui avait remporté cette coupe l’année passée, l’ESS a pu mettre fin à l’aventure des Saoudiens au stade des demi-finales, pour ensuite remporter la finale face à l’équipe jordanienne d’El Fayçali. Par la force des choses, on est tenté de dire que Ittihad Djeddah est devenu le baromètre de cette Coupe arabe des champions.

L’Entente perpétue la tradition
Encore une fois, l’équipe de l’ESS a démontré face à Al Fayçali, jeudi dernier, qu’elle était redoutable lors des grands rendez-vous. Depuis sa création, l’Entente n’a jamais perdu une finale, en témoignent les six Coupes d’Algérie et la Coupe d’Afrique remportées par le club.  La finale de la Ligue arabe des champions n’a fait que confirmer la règle qui montre que l’ESS est imbattable lorsqu’elle atteint une finale d’une compétition nationale ou internationale. Une statistique qui, apparemment, n’a pas été prise en ligne de compte par la formation jordanienne laquelle s’est fait surprendre sur son propre terrain, alors qu’elle restait sur une victoire et deux matches nuls face aux Ententistes.

Ras-El Oued retrouve le sourire
Il est vrai que toute l’Algérie a été ravie du succès de l’ESS, mais c’est certainement la ville de Ras-El-Oued (50 km de Sétif) qui fut la plus heureuse. Ses habitants ont toujours été fidèles à l’Entente. La preuve, même à Amman, une large banderole fut accrochée au niveau des gradins du stade sur laquelle on pouvait lire «Ras-El-Oued toujours fidèle à l’ESS». Cette victoire des Noir et Blanc a donc fait retrouver à cette petite ville la joie des grands jours après près d’un mois d’émeutes et d’événements malheureux.

«Mabrouk Aâlina» revient de plus belle
Le refrain de la chanson de Driassa, «Mabrouk Aâlina, mazal mazal», a été repris en chœur par les supporters de l’Entente qui avaient scandé également «One, two, three, viva l’Algérie», non sans avoir remercié les joueurs auparavant pour avoir représenté dignement les couleurs nationales. Les fans de l’ESS avaient tous envahi le terrain, une fois la partie achevée. On a vécu une ambiance extraordinaire.

Partager cet article

Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 10:29
L’ESS remporte avec brio la coupe arabe
Ils l’ont fait !

Par : Farès R

Amman Stadium International : temps maussade, affluence très nombreuse, pelouse en excellent état, très bon éclairage. Arbitrage de M. Issam Abdelfettah (Égypte).
But : Touil (45’) pour l’ESS.
Avertissements : Raho (23’), Keïta (48’), Adico (50’), Hadj Aïssa (78’), Bourahli (84’) pour l’ESS et Mohamed Khemis (35’) pour Al Fayçali.
Al Fayçali : Louaï, Mohamed Khemis, Mohamed Zohir, Mohamed Mounir, Khaled Saâd, Khaled Nemar (Salim Mouaid 76’), Haïdar Abdelamir, Abelhadi Maharma (Haïthem Cheboul 63’), Kossaï, Haïthem Okal (cap) et Serradj Al Tal.
Entraîneur : Hamad Adnan.
ESS : Hadjaoui, Raho (cap), Yekhlef, Benchadi, Maïza, Keïta, Adico, Lamouchia, Touil (Delhoum 74’), Bourahli (Ziaya 84’) et Derradj (Hadj Aïssa 61’).
Entraîneur : Saâdane.

Ils ont osé, ils l’ont eue les braves Sétifiens. C’est devant le roi Abdellah II de la Jordanie, sa femme Rania Abdallah et dans un stade archicomble que les Sétifiens ont abordé cette seconde manche de la finale de la quatrième édition de la Ligue des champions arabes avec une grande détermination. Saâdane n’a pas caché ses prétentions puisqu’il a d’emblée aligné trois attaquants, Derradj, Touil et Bourahli, pour mettre la pression sur la défense adverse et l’obliger à commettre l’erreur. Il a fermé aussi toutes les issues du milieu, où Lamouchia, Keïta et Adico n’ont rien laissé passer. Les Jordaniens se sont donc retrouvés devant un véritable dilemme.
D’emblée, les camarades du rusé Bourahli prennent les choses en main en se lançant carrément dans l’offensive. Plusieurs combinaisons ont été faites sans pour autant trouver le chemin des filets et ce, par manque d’inspiration. Entre-temps, les Jordaniens prenaient leur temps pour sortir de leur zone. C’est ainsi que Khaled Saâd a failli ouvrir le score sur un tir tendu des 20 mètres que Hadjaoui, d’une superbe parade, détourna en corner. Sétif a eu chaud (9’), elle a rapidement répliqué par le biais de l’infatigable Lamouchia qui a lancé un bolide des 25 mètres, obligeant le keeper à étaler toute sa classe pour dégager en corner (12’). Cette chaude alerte galvanisa les Algériens qui ont multiplié les assauts. Sur l’un d’eux, Keïta, héritant d’une balle perdue, tire instantanément des 30 mètres, mais celle-ci effleura la transversale (26’), Al Fayçali tente de desserrer l’étau, toujours par sa star Khaled Saâd qui a repris un tir tendu des 18 mètres, sans résultat (31’). Les Sétifiens, plus à l’aise, imposent leur loi et développent de belles phases de jeu. Lamouchia récupère une balle perdue et tire de toutes ses forces, le cuir passe à côté (41’), ce n’était que partie remise. Alors qu’on s’acheminait droit vers la mi-temps, une action collective est menée sur le flanc gauche, Yekhlef centre en retrait, Derradj, bien embusqué, d’un retourné acrobatique, oblige le gardien à dévier le cuir, Farid Touil à l’assaut ne rate pas l’aubaine et met le cuir au fond des filets (45’).
Cette ouverture du score démoralisa les Jordaniens qui ne s’attendaient guère à cette réalisation. Sur cet avantage, l’excellent arbitre égyptien, Issam Abdelfettah, siffla la fin de la première mi-temps. Dès la reprise, les Jordaniens quittent leur zone pour aller mettre la pression sur Maïza et Benchadi, ils ont eu quatre corners consécutifs qui ont failli faire mouche, n’était l’intervention courageuse et judicieuse de la défense sétifienne, obligée de sortir le grand jeu pour annihiler les attaques.
Toutefois, l’Entente avait la possibilité de faire le break, lorsque Touil se présenta seul face au gardien, mais rate lamentablement (50’). Kossaï était tout près de l’égalisation lorsque son puissant tir est repoussé par Maïza en corner (60’). L’entrée de Hadj Aïssa à la place de Derradj à la 65’ stabilisa quelque peu le jeu des Sétifiens. Saâdane incorpora par la suite Delhoum au milieu pour contrecarrer les offensives. Les Jordaniens tentent de percer cette muraille. En vain.
L’Entente tenait à son but et surtout à sa coupe, malgré cette nette action à la 86’ de jeu qui a vu Haïthem Okal mettre sa balle à côté alors qu’il était seul devant Hadjaoui. C’était là l’ultime action du match. Sétif, qui a eu sa coupe, a démontré qu’elle reste de loin la meilleure équipe arabe cette saison.

Partager cet article

Repost0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 10:26

 

 

 

al fayssali - ess 2

EXTRAITS DE LA PRESSE JORDANIENNE..SUITE A LA VICTOIRE DES AIGLES NOIRS...
L'ESS  ??  SIMPLEMENT ..LA CLASSE..


LIBERTE  -   ALGERIE


Le BUTEUR - ALGERIE


COMPETITION - ALGERIE

 

Ambiance juste Apres le Match a Setif et a Constantine....

 

BUT DE LA RENCONTRE

 

Hadj Aissa Elu Meilleur Joueur      

C'est désormais officiel, Lazhar Hadj Aïssa a été élu meilleur joueur de la quatrième édition de la Ligue des champions arabes. C'est le vice-président de l'UAFA, l'Algérien Mohamed Raouraoua, qui a annoncé la nouvelle de l'octroi du titre du meilleur joueur au meneur de jeu ententiste, selon le sondage du groupe Art. Une juste récompense pour le petit prodige sétifien, lequel a fait des merveilles tout au long du parcours de son team durant cette épreuve. Il remportera ainsi le prix mis en jeu, à savoir 50 000 dollars, l'équivalent de 400 millions de centimes. Notons enfin que “Baggio el Arab” a devancé Khaled Saâd (Al Fayçali), Malek Mouaâd (Ahly Djeddah) et Omr Zaki (Zamalek).

Partager cet article

Repost0

Abonnez-vous أشتركوا ٱخر أنباء

Ambiance Réseaux Sociaux تابعونا على المواقع الإجتماعية

Roll Over Beethoven