8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 18:21
 

Partager cet article

commentaires

DALILA 16/07/2008

KAMELOFOBE arrète de te répèter ! sa devien lassant à la fin!!! SAMYR et moi nous sommes pas ypokrite on dis se k'on pense sisisisisisi tout !KAMELOFOBE suis mieux ke toi en tout voilàààààààààààààààààà !!!!!!!!!!!!!!!

admirateur 17/07/2008

ben, dalila je te didié la chanson de chebba faiza "djlali malah",car tu est magnifique, et ta raison dans tous ce ke tu a dis,la liberté de pensé

DALILA 17/07/2008

merci à toi mon admirateur !!!

si tu ve bien de te dédi à mon tour :

HASNI junior ( khass mouk tkhessri )

c'est celle ke je suis entrin d'écouter en ce moment !!

merci encore et gros bisous à toi !!!!

KAMEL 17/07/2008

toi mieux que moi

même pas dans tes rêves..

DALILA 17/07/2008

fin de l'histoire..... avec toi KAMELOFOBE

ADIEU maitenant ! où dans une autre vie ?
o sans plaisir !!!!!!!!!!!!!!!!

KAMEL 17/07/2008

dans une autre vie ????????
jamais je ne verrais une personne comme toi devant moi
sinon je vomirais...

admirateur 17/07/2008

ecoute kamel tu m'etonne, puiseque tu es un vrai mesulemen, il faut savoir au moins parlé au femme, en plus c a dalila tu dis sa ...... tu es vraiment un pauvre psycopate

KAMEL 17/07/2008

écoutes admirateur

si t'es l'avocat des pauvres faut défendre les vrais pauvres et ceux qui méritent qu'on les défend.

si tu l'appelles femme .............
c toi qui m'étonnes là

Samir H dey 17/07/2008

ya si kamel el mouslem taa errih..
tu attaques biyouna.. tu attaques , ceux qui l'aiment..et tu declares en terre de dieu au canada..ya dine...
toi qui croit representer dieu et la bonne morale en algérie et au canada.. pourkoi tu as utilisé des gros mots à l'egard d'une femme..dalila ..hypocrite ..va..bref..bob je m"excuse j'aime pas les hypocrites...surtt les musulmans de la derniére pluie..ceux qui ont tt clochardisé..meme le canada ils vont le clochardiser..sais-tu bob , que ce genre de kamel (hachakoum) arrivent au canada et demandent a avoir des piscines que pour femmes ? bref..tu fais du beau travail bob...vraiment top..

DALILA 17/07/2008

c'est koi çà des piscines rien ke pour les femmes? prkoi o bled sa existe ? moi je suis née en europe et j'ai jamais vu çà !! c'est hommes ki demande çà , sa ne les empèche pas de MATTER les femmes des otres ke sa soi à la ville , à la plage ou à la piscine!!alors kils ne viennent pas en terre étrangère demandé la LUNE!!et puis koi encore !!!

KAMEL 17/07/2008

écoutes ya si samira
les gros mots c toi qui les utilise ainsi que cette dalila
et tu dis des trucs vraiment...
tu ne sais rien du tout et t'es comme ceux qui parlent comme s'ils savent tout,
et si t'appelles cette dalila une femme........
alors je dis il n'existe pas de femmes, c'est pas une femme et toi t'es pas un homme...

DALILA 18/07/2008

VIVE BIYOUNAAAAA !!!!

ya ke les cons ki pense le contraire !!!!

amina 19/07/2008

dalila la jalouse;je veux connaitre des gens comme kamel il é trés éduké; machi 3ayb; et nchallah va accépté mon amité ; coucou kamel;....;va suicider dalila la vielle

KAMEL 19/07/2008

merci amina khouti
c'est très gentil de ta part
et si je suis éduquké je dis merci à mes parents.

j'accepte volontiers des amitiées des gens bien et bien éduqués

IFOU 23/07/2008

AMEL: ce film parle sans doute de choses qui existent dans ton pays alors en quoi est ce choquant?!!!! c'est à cause de ce genres de réflexions que les civilisations se perdent....elles se mentent!

amel 09/01/2009

c'est un bon site vive biyouna c'est la meilleure

karima 06/09/2009

hayy cava je suis une fille serieuse  mon age 19ans je recherche una amitie

cops 11/07/2010



Bonjour à toutes et à tous, Je dois dire que biyouna dans ce film a gravement fait chuté sa notoriéte au prés des algeriens(ennes), car se mettre à nul devant l'ecran ce n'est pas rien, et puis,
il faut admétre d'un autre coté, que c'est une révolution dans le cinema algerien, alors on reste sans voix ^^


 


ciao



gousema 16/01/2011



ce film cé pour toutes les femmes déchirés et égorchées vive par l'amour et pour les femme qui sont jugés pour rien, merci biyouna je suis une fan de toi, merci pour montrer le coté malheureux de
la femme car au fond beaucoup de femmes souffrent dans cette planéte  



El Watan 27/01/2014


Lubna Azabal. Actrice : «J’ai adoré tourner à Alger, c’était émouvant !»





le 26.01.14  








L’actrice belge, Lubna Azabal, ( Exils, Viva...







-La Marche est un film historique pour vous...


C’est un film essentiel. Il y a 30 ans, on tuait les Arabes et les auteurs de ces crimes écopaient au maximum de 6 mois de prison. On était dans un contexte où il y a eu a peu près 200 morts en
l’espace d’un an et demi, deux ans. Donc, effectivement, il y a quelque chose de vital et d’urgent  pour ces jeunes, avec une innocence complètement folle, qui ont fait ce pari
complètement fou en se disant : «On va marcher comme Ghandi !» Et puis, ils ont réussi à fédérer 100 000 personnes au final. Ce film est une piqûre de rappel qui est plus importante
aujourd’hui, avec ce qui se passe en France. On insulte des ministres parce qu’ils sont noirs. C’est devenu ordinaire, banal et normal…


-Un film actuel…


C’est-à-dire qu’il répond avec une coïncidence assez stupéfiante et malheureuse d’ailleurs. Vous voyez, on insulte des ministres parce qu’ils sont noirs. Il y a quelque chose qui est devenu
totalement décomplexé et totalement inacceptable. Parce qu’il y a une parole qui s’est libérée au niveau politique. Maintenant, on n’a pas peur de dire que ce sont les émigrés qui nous font
c... ! Alors qu’il y a 30 ans, on avait cette pudeur politique.


-C’est devenu  ordinaire…    


C’est devenu complètement ordinaire, banal, normal ! Quand les politiques s’y mettent, comment voulez-vous que les citoyens réagissent ? Et forcément, c’est une porte qui s’ouvre à des propos.
Il y a des actes totalement inadmissibles qu’on appelle du racisme, quoi ! Et cela, c’est quelque chose qui contamine toute l’Europe en ce moment. Ces alliances ! Tout cela est extrêmement
vicieux et dangereux.  


-Un nationalisme…


Oui, voilà tout à fait ! Il y a un nationalisme qui est probablement dû à une crise économique, forcément. Quand le portefeuille va mal, c’est la faute au voisin. Et s’il a une couleur de peau
plus foncée… Alors, voilà ! D’où l’importance de ce film, effectivement, maintenant. Et qui est un message d’amour et de tolérance : «On vous aime. On est Français ! Acceptez-nous ! On aime la
France ! Aimez-nous !»


-Cette fameuse marche était-elle l’ultime et unique moyen d’expression ?


C’était soit marcher ou se venger. Mon personnage dans le film, par exemple, Kheira, entre dans une marche non violente. Mais elle est très violente à l’intérieur. Petit à petit, elle apprend à
canaliser, à apprivoiser cette violence. Mais c’était soit marcher, soit mourir. Il n’y avait pas beaucoup de choix.


-Etes-vous habitée par le personnage de Kheira  ?


A chaque fois que j’accepte un rôle, je deviens habitée par le personnage. Oui, j’ai vécu avec pendant trois mois, jour et nuit. C’est un personnage assez loin de ce que je suis.


-Très loin…


Oui, oui !  Trop loin ! (rire). Je ne suis pas dans cette colère-là, en tout cas. Je me suis beaucoup inspirée du mouvement Black Panthers pour faire le film. J’ai énormément vu de
documentaires avec Angela Davis. Je me suis alimentée de cela. Je suis allée chercher cette inspiration pour pouvoir amener cette violence-là. Parce que c’est aussi un mouvement qui est né dans
la violence, la douleur… Kheira, quand elle arrive dans la marche, est plutôt dans cette mouvance-là. Elle n’est pas dans le côté fleur bleue.


-Un rôle utile et pas «futile»…


Je suis très heureuse et très fière de m’être greffée dans cette histoire et d’en faire partie. Et de mettre mon métier au service de ce genre de film (La Marche). Pouvoir allier le cinéma à
l’utile. Parce que le cinéma, de temps en temps, est un acte politique. Je pense, en tant qu’artiste, qu’on se doit d’avoir des actes engagés, politiques. Malheureusement, moi, je voulais être
reporter de guerre, je n’ai pas eu l’opportunité de prendre une caméra et de faire cela. Donc, j’essaie de le faire dans le cinéma.


-Vous avez tourné plusieurs films sous la direction de Nadir Moknèche. De bons souvenirs ?


Oui, le dernier film avec Nadir Moknèche c’était Goodbye Morocco. J’ai fait aussi Viva L’Aldjérie. Ah, oui ! c’est toujours un bon souvenir. J’adore travailler avec Nadir Moknèche. Déjà, c’est
un très grand ami. C’est quelqu’un avec qui je m’entends très bien. Et on se comprend assez vite. J’adore son univers. Et puis, c’est quelqu’un qui sublime les femmes. Il y a très peu de beaux
rôles féminins au cinéma. C’est un des rares réalisateurs algériens, en tout cas du Maghreb, qui arrive à faire de beaux portraits de femmes. Et à faire passer des messages qui sont importants.
C’est vrai qu’on est dans le monde arabe, Nadir Moknèche renverse la donne de la condition féminine. Et il en fait des femmes fortes, belles, rebelles… Des femmes qui existent, quoi ! Que cela
soit à travers un homme, je trouve ça très bien. C’est l’un des meilleurs réalisateurs que vous avez. Il est d’une finesse, d’une  intelligence ! Sincèrement, il faut le préserver ! C’est
un grand cinéaste !


-Viva l’Aldjérie à Alger était une belle aventure...


Je suis restée deux mois à Alger pour le tournage de Viva L’Aldjérie. J’ai adoré ! C’était super ! Et je suis arrivée à Alger qui commençait tout doucement à guérir de dix années de terrorisme
quand même. Les blessures étaient très ouvertes. C’était très émouvant ! Je pense qu’on faisait partie de la première équipe européenne, française à oser revenir et venir là. Et c’était très
bien de le faire à ce moment-là. Le cinéma, c’est aussi cela. Insuffler de la vie, ouvrir des fenêtres, faire entrer l’air, panser les blessures… Cela a été terrible quand même.


-Tourner dans des blockbusters, est-ce une opportunité ?


Cela ne m’intéresse pas tant que cela. Je suis heureuse d’être dans un projet qui me parle. Tourner dans un blockbuster, c’est génial, si on a envie de s’acheter un appartement à New York
(USA). Comme ce n’est pas dans mes priorités, si le scénario me plaît je prend le rôle. Qu’il soit un blockbuster ou un film d’auteur. Après, si ce n’est pas bon, je n