3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 13:17
Ali Benhadj, cofondateur du Front islamique du salut (FIS, dissous)

"Il faut trouver, d'urgence, une solution politique en Algérie"

Le Monde, 9 février 2008

L'Algérie est secouée depuis plusieurs mois par des attentats kamikazes revendiqués par Al-Qaida au Maghreb islamique. Comment réagissez-vous à ces attaques ?

Rien n'assure qu'il s'agisse d'Al-Qaida. Plusieurs membres du gouvernement algérien disent qu'ils ont eux-mêmes des doutes. Je crois, pour ma part, qu'Al-Qaida a une existence dans les médias en Algérie, non sur le terrain. Mais cela arrange le pouvoir de le faire croire, comme les Etats-Unis qui lui donnent une importance surdimensionnée.

Qu'il s'agisse ou non d'Al-Qaida, vous ne condamnez donc pas explicitement ces attentats kamikazes ?

La solution n'est pas de critiquer ou de condamner. Il faut régler le problème à la racine, c'est-à-dire trouver une solution politique. On ne peut pas se contenter d'une réponse strictement sécuritaire et transformer Alger en une gigantesque caserne. J'ai transmis des propositions au président Bouteflika. Il ne m'a pas répondu. Je suggère un congrès qui rassemblerait tous les partis politiques, FIS compris, pour discuter des problèmes de l'Algérie. Et si le pouvoir refuse de discuter avec moi, qu'il le fasse avec d'autres, des personnalités qui ont une dimension nationale ou historique.

A qui pensez-vous ?

Je pense à des figures comme Aït Ahmed (dirigeant du Front des forces socialistes, FFS), ou Taleb Ibrahimi (président du parti Wafa, non légalisé), Mouloud Hamrouche (ex-premier ministre, réformateur), Abdelhamid Mehri (ex-secrétaire général du Front de libération nationale, FLN, ancien parti unique), ou encore Ali Yahia Abdenour (avocat et ex-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme). Il y a des points communs entre ces hommes : ils appellent tous à une solution politique, et ce sont de vrais démocrates. Ils veulent que tous les partis et le peuple participent à la conduite de l'Algérie, et pas seulement un petit groupe qui s'est accaparé toutes les richesses.

Si vous arriviez au pouvoir aujourd'hui, seriez-vous toujours favorable à la création d'un Etat islamique ?

Nous croyons toujours à une république islamique, basée sur les préceptes du Coran et de la sunna du Prophète, selon lesquels le pouvoir doit être choisi par le peuple. Nous sommes pour le multipartisme et voulons combattre l'injustice sociale ainsi que les atteintes aux libertés. Quant aux relations avec les pays étrangers, elles doivent se faire sur la base d'intérêts réciproques, dans la transparence et le respect.

A ce propos, j'ai été très choqué d'entendre le président français déclarer, il y a quelques jours, qu'il soutenait ceux qui avaient commis le coup d'Etat de 1992 en Algérie, alors que le FIS (Front islamique du salut) avait gagné démocratiquement, par les urnes. Selon M. Sarkozy, l'Algérie menaçait d'être dirigée par les talibans ! C'est une insulte et de la provocation ! On ne peut pas transposer en Algérie ce qui se passe en Afghanistan. Le président français commet une ingérence dans les affaires intérieures algériennes et est mal renseigné sur le FIS : ceux qui ont été élus sous notre étiquette en 1990 et 1991 étaient des intellectuels, pas des talibans ! Quand il est allé en Arabie saoudite - pays où l'on coupe la main des voleurs -, M. Sarkozy n'a pas traité le roi Abdallah de taliban !

Beaucoup tentent d'assimiler le FIS à Al-Qaida. Mais le FIS a été créé en 1989, donc bien avant Al-Qaida, qui est né en 1998. Nous ne nous en sommes donc pas inspirés et n'avons pas le même cheminement.

Qu'est devenu votre fils Abdelqahar, âgé de 19 ans ? L'année dernière, vous soupçonniez la Sécurité militaire algérienne de l'avoir enlevé. Mais une vidéo circulant sur Internet le montre en armes, au maquis...

Il faudrait s'assurer de l'authenticité de cette vidéo. Mon fils a disparu en octobre 2006. Tous les scénarios sont possibles. Je n'exclus rien. Je ne sais même pas s'il est vivant. Mais s'il était vrai qu'il soit monté au maquis, j'en rendrais le pouvoir responsable, de façon directe ou indirecte. Les jeunes Algériens sont manipulables, en l'absence de perspectives. C'est le désespoir qui les pousse à prendre le maquis ou à mourir en traversant la mer à bord d'embarcations de fortune...

Que pensez-vous du projet de révision de la Constitution dont il est actuellement question en Algérie ?

La Constitution n'est pas un jeu. Ce n'est pas à une minorité dictatoriale de décider de sa révision, mais au peuple. Et le but doit être de renforcer le pouvoir de la population, non celui du président. Ceux qui poussent M. Bouteflika à faire un troisième mandat sont ceux qui dirigent le pays. Mais le peuple en a assez du "système". Il faut d'urgence trouver une solution politique, sinon ce sera l'explosion. Et celle-ci débordera les frontières de l'Algérie.
Propos recueillis par Florence Beaugé

Partager cet article

Published by Bob_Algiers_ - dans Salon Algérie
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven