29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 15:07

QUI SE SOUVIENT DE BEGGAR HADDA ?
LE MATIN 05 NOVEMBRE 2002

 la célébre chanteuse beggar hadda mourut mendiante et moitié folle ,dans la rue a annaba .la commémoration de sa fin tragique nous rappelle la précarite du métier d 'artiste qu'on peut mesurer chez nous a l'aune de l ingratitude des responsables car chacun sait que la grande dame de la chason bédouine avait contribué en son temps à la fondation de ce pays dont elle admirablement chanté et accompagné le geste nationale .

mais a la reflexion cette evocation n'aura pas pour but d'accabler davantage ceux qui sont censés veiller sur le statut de l artiste puisque le cas symptomatique de beggar hadda refléte on ne peut mieux l état de deperdition dans lequel se trouve la culture d'une maniere générale dans notre société aussi ,c est l'algerie entiere qui deverait avoir honte ,aujourdhui ,de la maniere dont s'est éteinte son etoile
interessons-nous d abord a cette diva du bédoui qui a incarné a la femme rurale et le douar (terroir)son lieu d'inspiration .son riche répertoire regorge du subtilités et d'une grande sagesse paysanne .mais parfois sa voix nasillarde rend cet art sans artifice completement  initilegiblle la premiere ecoute surprend souvent par le timbre spéciale de la voix et la simplicite des paroles .mais cette altération notoire d'el KHENCHA est loin de constituer un quelconque handicap pour les inities au contraire ces derniers
y decélent un charme irésistible .puis si on y préte plus l'oreille , on perçoit alors une pointe de lyrisme ,de la poésie et beaucoup de "vecu" le dialecte et l accent de beggar hadda renvoient à l extreme est du pays ou naquit la cantatrice un 1 juin 1921 a DREAN dans la willaya de souk ahras .son particuliarisme tient du fait que sa contrée d'origine a longtemps été le théâtre d'atroces combats contre le colonialisme et qu'elle était durant la guerre de liberation .elle même .légérie des troupes de la fameuse base de l 'est stationées aux confins de l 'algerie ou beggar hadda venait défendre des valeurs qui galvaniseront à jamais des milliers de soldats de L ALN elle ne chantera pas uniquement les faits d'armes et l'heroisme des djounouds mais elle pleurera aussi souvent les pertes et les malheurs YA DJOUNDI KHOUYA et DAMOU SAYEH MABINE EL OUYDENE , resteront des chants patriotique qui décrivent la dure realite du maquis et qui suggerent la loyaute et le sacrifice supreme des chouhada . dans le registre sentimental beggar hadda chantera merveillesement l 'amour dans une langue métapholique â faire pâlir tous les crooners de la planete jugez -en par ce courts extraits dans lequel ce petit bout de femme ( qui etait en fait une femme
et demie) se disait capable ,pour assouvir son desir de reduire une montagne en poussieres ! YA EL KEF EL AALI TOUATA : WELLAH DDAK KHATINNI N CHOUFE HBIBI OU NAOUEDE N ROUDEKE intime -t-elle a un eminent sommet l 'ordre de s'incliner pour lui permettre
de voire enfin son bien aimé

MOHAMED -CHRIF LACHICHI
lematin-dz.com


Partager cet article

Repost 0
Published by Bob_Algiers_ - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

A voir aussi اشياء جميلة تعجبكم

Ads

A voir Ailleurs