4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 19:57

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob_A_A - dans Télévisions
commenter cet article
 

commentaires

tahar 12/12/2016 16:29

إلى الله جل وعلا أن يجزي الفقيد العزيز خير الجزاء عما أسداه من جليل الأعمال ويتقبله في عداد الصالحين من عباده المنعم عليهم بالجنة والرضوان "وأن يلهمكم جزيل الصبر وحسن العزاء"

tahar 12/12/2016 16:22

mes condoleonces a tous les journaliste a said makbel decinnee noir

rahimahoume allah les chohadas

tahar 12/12/2016 16:20

Il avait été condamné en juillet à deux ans de prison pour « offense au président de la République ». Le journaliste Mohamed Tamalt, 42 ans, est mort dimanche 11 décembre à l’hôpital de Bab El-Oued à Alger, « après plus de trois mois de grève de la faim suivis d’un coma de trois mois », a annoncé son avocat, Amine Sidhoum. « Il était dans le coma, il y avait un verrouillage sur son dossier médical. On est au courant de rien. C’est ça le drame », a accusé l’avocat, cité par le journal TSA.

tahar 07/12/2016 11:11

القانون الداخلي للحزب المتضمنة الإقصاء من الحزب لرشيد حاليت .وبعد المداولة، قررت اللجنة الوطنية للوساطة وتسوية النزاعات إسناد العقوبة المنصوص عليها في المادة 88 من

le F.F.S condanne tjs les hommes de parole merçi le FFS arabe

tahar 28/11/2016 09:53

« Le temps a repris son cours tel qu’il était quand Allah créa les cieux et la terre :
l’année compte douze mois dont quatre mois sacrés ;
les trois se succèdent et ont pour nom Dhoul-Qa’ada, Dhoul Hidjdja et Muharram et le quatrième Rajab intercalé entre Djoumadaa et Chabaane. »

‏حدثنا ‏ ‏محمد بن المثنى ‏ ‏حدثنا ‏ ‏عبد الوهاب ‏ ‏حدثنا ‏ ‏أيوب ‏ ‏عن ‏ ‏محمد بن سيرين ‏ ‏عن ‏ ‏ابن أبي بكرة ‏ ‏عن ‏ ‏أبي بكرة ‏ ‏رضي الله عنه ‏ ‏عن النبي ‏ ‏صلى الله عليه وسلم ‏ ‏قال
‏‏الزمان قد استدار كهيئته يوم خلق الله السموات والأرض السنة اثنا عشر شهرا منها أربعة حرم ثلاثة متواليات ذو القعدة وذو الحجة والمحرم ورجب ‏ ‏مضر ‏ ‏الذي بين جمادى وشعبان

tahar 28/11/2016 09:50

la « répression à laquelle s'adonne le pouvoir algérien envers toute forme d'organisation de chômeurs et de travailleurs ».

tahar 28/11/2016 09:49

Le FFS condamne également « l’interpellation de jeunes chômeurs à Ouargla et Laghouat qui manifestaient pacifiquement devant le siège de l’Anem ». Se disant préoccupé par les « restrictions imposées aux libertés de réunions et d’expression pacifiques », ce parti exige « leur libération immédiate ».

tahar 28/11/2016 09:46

tjs les syndicalistes contre le projet social surtout qui travail pourquoi en travaille

Lakhd 04/12/2016 22:23

L'opinion de Tahar du F.F.S est conforme à la lettre et l'esprit des droits de l'homme .Les restrictions aux libertes syndicales et individuelles des Algeriens j ne résout pas les problemes de fonds que subit la société Algerienne . Le dialogue franc et loyal , sans arrière pensée avec le peuple ou ses vrais représentants élus démocratiquement et non des Béni oui oui les produits de la fraude ,

tahar 28/11/2016 09:44

le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, a présenté, hier, le projet de loi sur la retraite à l'APN. Il a plaidé pour la préservation des équilibres financiers de la Caisse nationale des retraites (CNR).

le FFS «exige la libération immédiate et inconditionnelle des personnes interpellées et réitère sa solidarité avec les revendications légitimes des travailleurs».
Le parti du défunt Hocine Ait Ahmed, estime que la réponse aux questions économiques et sociales est avant tout d' «ordre politique». Enfin, pour le FFS, «cette question est au coeur de la problématique économique et sociale et ne trouvera de solution que dans la reconstruction d'un consensus national».

tahar 26/11/2016 10:45

la page de la guerre froide, qui a mené le monde au bord du conflit nucléaire lors de la crise des missiles d'octobre

tahar 26/11/2016 10:42

أصدقائي، رفقائي الأعزاء
le FFS ne donne pas l ímportance a tous les dictatures sûrtôut oublier les militants de bases mieux de vivre seuls avec la dictature

tahar 26/11/2016 10:38

"Que si me llega la hora definitiva bajo otros cielos, mi último pensamiento, será para este pueblo y especialmente para ti". Con esas palabras despidió Ernesto Che Guevara a Fidel Castro cuando partió hacia Bolivia, en la carta que el líder cubano leyó en público el 3 de octubre de 1965, en La Habana.

tahar 26/11/2016 10:35

Fidel Castro ha muerto. A los 90 años de edad, el líder histórico de la Revolución cubana, ha fallecido esta noche en La Habana.

Después de estar 47 años de manera ininterrumpida al frente del régimen socialista que construyó en torno a su liderazgo, Castro abandonó el poder hace justo diez años, en 2006
La muerte de Castro supondrá una enorme sacudida emocional en Cuba, tanto para sus partidarios como para sus detractores, por el peso abrumador que ha tenido su figura en la vida cubana durante generaciones y generaciones. Políticamente, es el símbolo del fin de una era, aunque eso no signifique que quepa esperar pronto cambios sustanciales en el sistema cubano. Queda como último sostén de los líderes de la Revolución

El líder que la CIA planeó matar en más de 600 ocasiones | Miami celebra su muerte

Le père de la révolution cubaine Fidel Castro est décédé vendredi soir à La Havane, a annoncé son frère et actuel président de l'île Raul Castro à la télévision cubaine. Il était âgé de 90 ans. "Le commandant en chef de la révolution cubaine est décédé à 22h29 ce soir (03h29 GMT)", a déclaré Raul Castro en lisant une déclaration sur l'antenne. Il a fait savoir que le corps de l'ancien dirigeant serait incinéré ce samedi, conformément à ses vœux." Raul Castro a conclu sa brève allocution par un "Hasta la victoria, siempre" ("Jusqu'à la victoire, toujours!"), l'antienne bien connue du Comandante.

Une révolution contrariée


Le "Lider Maximo" a tenu son île contre toutes les adversitées depuis la révolution de 1959 et défié la superpuissance américaine pendant plus d'un demi-siècle. Il avait cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006 après une hémorragie intestinale.


Diabolisé par les Etats-Unis et leurs alliés, Fidel Castro n'en a pas moins suscité l'admiration de millions de militants et dirigeants de gauche, en Afrique et en Amérique latine, notamment, où plusieurs dirigeants se revendiquent de son héritage.


Malgré les plans déployés par les Etats-Unis, la CIA et les anticastristes, c'est la maladie qui a fini par vaincre "El Comandante".

en fin la dictature se terminer par une mort-fine

vive le livre de saint et sauf

tahar 24/11/2016 11:20

demain je monte el djabel ( la montagne ne va a mohamed mais mohamed va a la montagne )
donc l´algerie le FIS VEUT DETRUIRE LE FRONT DES DFORCES SOCIALISTES
el allah yarhame hachani

tahar 24/11/2016 11:14

parti du pouvoir et non parti au pouvoir », comme tiennent à le préciser les observateurs de la vie politique algérienne, a démissionné « raisons de santé »

le dentist tue le moudjahid.

tahar 24/11/2016 11:10

Qui voulait la mort d'Abdelkader Hachani, l'un des trois principaux

dirigeants du FIS abattu lundi à Alger? Alors que la presse algérienne désigne «les GIA», les pressions des autorités subies par le leader du FIS depuis plusieurs semaines inscrivent son assassinat dans un autre contexte. Au point que Hachani avait pris la précaution de les dénoncer, le 28 octobre, dans une lettre au ministre de l'Intérieur, avec copies à la présidence et au «Bureau de la défense». Il veut, y écrit-il, «mettre les choses au point pour en finir avec la confusion et les manipulations». Il y explique aussi comment, convoqué le 13 octobre au commissariat, il a refusé de répondre à toutes les questions politiques. Mais il s'inquiète surtout de retrouver sans cesse sur son chemin ­ et ce depuis juillet 1998 ­ un certain «Naïm», qui tente de lui donner «rendez-vous dans une mosquée», «accoste ses enfants» et «rôde dans son quartier en posant des questions» sur son compte. Un mois avant son assassinat, Abdelkader Hachani croisera le même «Naïm» sortant" de la sûreté de Bab el-Oued. Le 22 novembre dernier, Abdelkader Hachani était exécuté chez son dentiste en dépit de la «protection rapprochée» qui lui était imposée depuis sa libération sous condition en 1997.

tahar 22/11/2016 11:53

FIDEL A NOTRE HERITAGE ET NOTRE VALEUR HISTOIR DE FRONT DES FORCES SOCIALISTE ET LES ARABES DETRUIRE NOTRE
CAPACITER AVEC LES ALGERIENNE ARABOPHONIQUE
IL FAUT SE MEFIER DE CELUI QUI DORS

tahar 22/11/2016 11:41

répression qui cible les militants du MAK.
Front Populaire de la Libération de la Palestine (FPLP). recever par le front des forces socialistes
qui va detruire le MAK أصدقائي، رفقائي الأعزاء

LA KABYLIE N´EST PAS AVENDRE POUR .....

tahar 19/11/2016 12:22

« Al-Djaza'ir » (الجزائر)
ⵜⴰⴳⴷⵓⴷⴰ ⵜⴰⴷⵣⴰⵢⵔⵉⵜ ⵜⴰⵎⴰⴳⴷⴰⵢⵜ ⵜⴰⵖⴻⵔⴼⴰⵏⵜ (ber)
ighil-khelil beni-ksila
daar kayad

tahar 19/11/2016 12:17

L'appellation « Algérie » provient du nom de la ville d'Alger. Le nom « Alger » dérive du catalan Aldjère11, lui-même tiré de Al-Djaza'ir, nom donné par Bologhine ibn Ziri11, fils du fondateur de la dynastie Ziride, lorsqu'il bâtit la ville en 960 sur les ruines de l'ancienne ville au nom romain Icosium, Djaza'ir Beni MezghennaNote 8.

L'étymologique d'Algérie tirerait son nom du mot arabe « Al-Djaza'ir » (الجزائر), qui rattache le nom aux îles qui faisaient face au port d'Alger à l'époque et qui furent rattachées à sa jetée actuelle ; en arabe Al-Djaza’ir (الجزائر), « Les Îles »11, en français « Les Îles des Beni Mezghenna » (جازاير بني مزغانا, Djezaïr Beni Mezghanna). Le terme d'île pourrait selon des géographes musulmans du Moyen Âge désigner la côte fertile de l’actuelle Algérie, coincée entre le vaste Sahara et la Méditerranée, apparaissant alors comme une île de vie, Al-Jaza’ir (الجزائر). Il est à noter que le nom antique de la ville d'Alger était Icosium qui signifie « le aux chouettes ».

tahar 19/11/2016 12:05

Une parcelle de quatre mètres de longueur, de six mètres de largeur s’est effondrée sur une profondeur de quatre mètres suite à l’affaissement de terrain, selon la même source. a bouzareah
drôle les delegues de wilaya de bouzareah ben aknoun dely-ibrahim

tahar 18/11/2016 12:32

le petrole algeriennes polluée les sangs algeriennes

l état algeriennes donnes un soufle a tous les islamistes surtout alliances et la concorde civil de FFS

tahar 18/11/2016 12:28

CO21

L'Algérie, qui avait coprésidé le processus de la négociation internationale ayant conduit à l’adoption de l’Accord historique de Paris, était parmi les premiers pays à le signer lors de la cérémonie de signature de haut niveau, tenue à New York le 22 avril dernier, sous l’égide du secrétaire général des Nations unies, en sa qualité de dépositaire de l’accord

tahar 18/11/2016 12:24

«elles semblent pour l’heure encore à l’état de brouillon approximatif»,

le FFS defend tjs bouzareah au pres Le fédéralisme mieux pour eux l íslamistes parceque l íslamiste algeriennes critique le parti FFS

dans le cadremment de Sur ce point, le parti fondé par Hocine Aït Ahmed entend implicitement se distinguer de son rival traditionnel

alliance serra nigliger par eux réorganisation de l’Etat mais milite pour le changement du régime politique en place et la démocratisation du pays

malversation de la part islamiste le parti dessous

tahar 16/11/2016 16:32

les rats quitte le navire , sauf les algeriennes quitte le bled

en tous les cas vive l álgerie et vive abdel aziz et abdelkader et badis et tous les chouhadas un million et demi
la contnuite et la prosperite et la gouloir pour notre algerie libre

tahar 16/11/2016 16:20

medida que los medios barajan la opción de que Buteflika no logre concluir su cuarto mandato, que expira en 2019. Este lunes un tribunal de Argel ha condenado a un bloguero a dos años de cárcel por criticar al presidente. Y el martes fue liberado un general en la reserva tras pasar nueve meses en prisión por criticar al hermano del presidente. Ahora, el Gobierno ha aprobado una ley que restringe la libertad de expresión de los militares en reserva.

El primer ministro francés, Manuel Valls, ha priorizado este domingo la relación "excepcional con Argelia" por encima de la libertad de prensa, tras haber vetado Argel la entrada en el país de tres periodistas franceses que iban a cubrir la visita de Valls a la antigua colonia. Este hecho ha empañado el viaje oficial del primer ministro francés, que pese a ello se ha reunido con su homólogo argelino, Abdelmalek Sellal, y con el presidente del país, Abdelaziz Buteflika.
Manuel Valls, :

EMMANUEL MACRON, CANDIDAT À LA PRÉSIDENTIELLE
"Je veux que la France redresse la tête"
L'ancien ministre de l'Économie a annoncé sa candidature mercredi à Bobigny. Retrouvez ses principales déclarations.
Portrait d'un homme pressé Ses cinq points faibles
il rensemble comme un chauve- souris ( harry potter) vive 123 one two tree

tahar 15/11/2016 16:33

La solidarité a longtemps été de mise entre les travailleurs des mines, soumis à des conditions extrêmes. Pourtant, malgré les nombreux risques inhérents à la profession, peu de mines sont encore syndicalisées. Un constat qui agace André Racicot, du syndicat des Métallos : « Aujourd’hui, je pense que les mineurs sont plus individualistes. Ils ne comprennent pas que la solidarité entre mineurs a une grande importance », regrette-t-il.

Selon lui, certaines compagnies refusent toute syndicalisation : « Il y a une sélection à l’entrée des mines non syndiquées, ils regardent le caractère des mineurs, s’ils sont réfractaires, s’ils se revendiquent, etc. Si l’employé est docile, ils l’engagent. » Et il va même plus loin, rejoignant sur ce point d’autres syndicalistes des mines de la région : « Il y a des mines qui payent un peu plus leurs employés pour qu’en contrepartie, ils renoncent à se syndiquer. »

Des pratiques que récusent en bloc les responsables des mines non syndiquées, justifiant l’absence de syndicat… par le seul désintérêt de leurs travailleurs !

tahar 15/11/2016 09:53

"j ái interrogé l ´histoire´j´ai visité les cimetiéres,
j ái interrogé les vivants et les morts,personne ne m á parlé de la nation algerienne, elle n´existe pas et elle n ´existera pas"
par ordre de 1936 a alger les grand monsieurs sonatriches

tahar 14/11/2016 10:17

Le ministre saoudien de l'Energie a averti à Alger qu'il était impératif que les membres de l'Opep parviennent à un consensus pour appliquer l'accord d'Alger sur une réduction de la production de pétrole, a rapporté dimanche l'agence algérienne.

les wahabisses ordonnes tjs la merdre les sonatriches

tahar 14/11/2016 10:14

Prix du Pétrole brut WTI Cours du WTI en direct43.20 $ -0.21-0.48%Ouverture: 43.21 $Ecart jour: 43.13 / 43.59 [ 0.46 $ ]Cours de clôture du WTI au 11/1143.41 $▼-1.25-2.88%Prix du petrole WTI 1 mois7/11 Lundi 44.89 $8/11 Mardi 44.98 $9/11 Mercredi 45.27 $10/11 Jeudi 44.66 $11/11 Vendredi 43.41 $Moyenne WTI 44.64Le pétrole finit en nette baisse, dout...Tendance Baissière


la merdre de sonatrach et sonatriches

tahar 12/11/2016 09:40

L'ancien Monsieur pétrole est réhabilité par le clan au pouvoir. wait and see le retour en Algérie du patient d'El Mouradia.

tahar 11/11/2016 16:41

la douleur d´une seule main , nous avonsbrandi le glaive de la foi.
d´une seule voix , nous avons porte cri de la liberte.
nos coeurs unis ,nos corps meurtris, vous ètre partis et je suis restée lá
mon ccoeur meurtri, mes mains flétries... djamila tahmy

tahar 11/11/2016 16:23

où se trouve le front des forces socialistes avec notre cher Mohammed Nebou

notre president de la republique democratique populaire de avril2017 nous sommes une forces

tahar 11/11/2016 10:29

quand les morts parles

tahar 11/11/2016 10:29

MÉMOIRES DU GÉNÉRAL-MAJOR HOCINE BENMAALEM
"Amirouche a été victime d'une trahison"


Plus qu'un ancien haut officier de l'armée, Hocine Benmaâlem se présente avec générosité et grandeur comme le digne héritier des gardiens de la mémoire révolutionnaire.
Ils étaient nombreux à venir assister à la présentation officielle de ses mémoires dans un espace soigneusement préparé par les organisateurs des éditions Casbah. Historiens, hommes de culture, écrivains, anciens hauts officiers de l'armée, journalistes et des amis proches, étaient venus nombreux assister à la présentation «officielle» du livre Les mémoires du général-major Hocine Benmaâlem, un nouveau témoignage important dans la série des mémoires révélées par les acteurs de la guerre de Libération.
Le général-major Hocine Benmaâlem a, d'emblée, affiché sa modestie, en précisant que c'est la première fois qu'il écrit un livre et qu'il n'est ni historien ni écrivain. ««Je voulais seulement apporter un témoignage pour l'Histoire» a indiqué M.Benmaâlem, précisant que deux raisons l'ont poussé à écrire ce livre: donner un témoignage à l'Histoire et corriger certains faits relatés dans des livres écrits par d'autres témoins de la guerre de Libération. Certains témoignages sont faussés et méritent d'être rétablis dans leur vérité.
Pour écrire son livre, M.Benmaâlem a reconnu s'être référé à des ouvrages d'auteurs algériens, mais aussi à des livres rédigés par des auteurs français.
Lors du débat qui a suivi la présentation du livre, M.Benmaâlem est revenu sur plusieurs épisodes de l'histoire, mais c'est l'affaire de la Bleuite, qui a retenu le plus l'attention des journalistes et des intervenants. En tant qu'ancien secrétaire du colonel Amirouche, il a démenti les assassinats qui lui sont attribués dans cette affaire, indiquant que la Bleuite avait été déjà initiée par le capitaine Légier durant la bataille d'Alger en 1957, avant «d'intoxiquer» ensuite la Wilaya III par quelques éléments algériens qui n'ont pas été arrêtés. S'agissant de la mort de Amirouche, l'auteur a confirmé que celui-ci a été «vendu» aux militaires français, mais personne ne sait par qui ou comment il a été trahi. «Mais jusqu'à ce jour, on n'a pas de preuve, mais je n'exclus pas une trahison». Le livre évoque avec des documents précis le Congrès de la Soummam, la mission du colonel Amirouche dans les Aurès en septembre et octobre 1956 afin de rétablir l'ordre et l'unité dans une région rongée par les divisions. Il évoque, notamment dans son livre, l'affaire Adjoul, parcourant les Aurès et la Kabylie avec Amirouche et ses hommes. L'auteur défend le chef de la Wilaya III dont il préserve la mémoire, celle d'un homme «grand ami des personnes instruites qu'il respectait; il encourageait les gens à s'éduquer.» L'histoire de la Révolution algérienne, sa formation militaire en Syrie, ses faits d'armes aux maquis, sa collaboration avec Amirouche, le livre de Benmaâlem parle de tout. Ce premier tome de ses mémoires raconte surtout le parcours d'un homme qui est incontestablement un acteur important d'un moment fort de l'histoire de l'Algérie. Un homme qui a décidé, à un moment de sa vie, de rejoindre ceux et celles qui ont choisi d'entamer une lutte, dont l'issue heureuse était une évidence pour eux tout comme le prix à payer. En juin 1957, il reçoit l'ordre d'aller faire des études au Moyen-Orient. Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'il quitte le maquis pour une formation à l'école des officiers de réserve d'Alep, puis à l'académie militaire de Homs et à l'académie militaire du Caire, d'où il sortit en avril 1959. L'auteur raconte l'apprentissage militaire et les rencon-tres avec ses camarades de promotion, tout en restant fin observateur de la construction des futurs organes de l'Etat et des enjeux de pouvoir qui ont jalonné la révolution. De 1959 à l'indépendance, il intègre l'ALN aux frontières Est où il occupa diverses fonctions, notamment dans la formation. De cette période-là, il raconte une vie faite de rencontres, de retrouvailles et parfois de conflits. Il analyse aussi les tiraillements entre les maquisards, les politiques, les officiers déserteurs de l'armée française et surtout la construction de ce qui allait devenir l'ANP. Il évoque aussi dans le détail la crise du Gpra, les différentes réunions du Cnra et le chaos aux frontières, dont il dit que Boumediene tira profit pour asseoir petit à petit son pouvoir.
Les mémoires du général-major Benmaâlem s'inscrivent, aussi bien dans la grande histoire de l'Algérie - grandes dates, mouvements politiques, révoltes et insurrections - que dans la petite histoire, celle des hommes ordinaires et des petites localités. Pour bien montrer le lien indéfectible qui unit l'une à l'autre et l'apport de tous les hommes et les femmes dont le parcours personnel a contribué au vaste mouvement qui a libéré le pays. L'oeuvre restitue le contexte en mêlant un récit de vie, celle de l'auteur et une réflexion sur chacun des grands événements qui ont marqué la guerre de Libération nationale. «En m'engageant dans l'ALN, je m'étais préparé à tout; je n'ignorais pas que ce serait difficile: la vie au maquis était effectivement très dure, mais je n'ai à aucun moment et malgré mon jeune âge, 17 ans, regretté de m'être engagé dans cette voie», s'est-il expliqué dans sa présentation. A travers son ouvrage précieux et son récit poignant, le général-major Hocine Benmaâlem, apporte un témoignage indispensable aux historiens, prenant surtout le soin de rester loin des querelles et des règlements de compte des témoins de l'histoire de la guerre de Libération.

tahar 11/11/2016 10:08

e général major Hocine Ben Maalem est décédé à Alger
Hocine Benmalem
Hocine Benmalem

Le général major Hocine Benmalem s'est éteint la nuit dernière à l'hôpital de Aïn Naadja à l'âge de 78 ans.

Il faisait sans doute partie des derniers témoins ayant cotoyé de près les chefs de la wilaya III. Hocine Ben Maalem est décédé. L'enterrement aura lieu aujourd'hui vendredi au cimetière de Ben Aknoun après la prière.

L' lgérie vient de perdre un de ses héros, un des anciens moudjahid, compagnon du colonel Amirouche, commandant de la wilaya III historique. Nous vous livrons sa biographie telle que parue dans ses mémoires "La Guerre de libération nationale", parus à Casbah Editions à Alger.


"Né à la Kelâa Nath Abbas en 1939, il poursuit ses études au collège puis au lycée Albertini de Sétif, haut lieu de la prise de conscience qui le pousse à rejoindre le maquis, avec certains de ses camarades et comme bon nombre de lycéens et d’étudiants algériens, lors de la grande grève de mai 1956. «En m’engageant dans l’ALN, je m’étais préparé à tout ; je n’ignorais pas que ce serait difficile : la vie au maquis était effectivement très dure, mais je n’ai à aucun moment et malgré mon jeune âge, 17 ans et demi, regretté de m’être engagé dans cette voie». C’est dans son village natal qu’il retrouve Amirouche, capitaine à l’époque, qui lui fait rejoindre le commissaire politique régional auprès duquel le jeune Ben Maalem restera durant deux mois et demi. Il sera ensuite secrétaire d’Amirouche pendant près d’une année, proximité qu’il restitue à travers un portrait qui montre les qualités de son chef autant dans sa rigueur morale et militaire que dans sa dimension humaine. En juin 1957, il reçoit l’ordre d’aller faire des études au Moyen Orient. Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’il quitte le maquis pour une formation à l’école des officiers de réserve d’Alep, puis à l’académie militaire de Homs et à l’académie militaire du Caire d’où il sortit en avril 1959.

L’auteur raconte l’apprentissage militaire et les rencontres avec ses camarades de promotion tout en restant fin observateur de la construction des futurs organes de l’Etat et des enjeux de pouvoir qui ont jalonné la révolution. De 1959 à l’indépendance, il intègre les troupes des frontières où il est affecté à un bataillon stationné à Ghardimaou. De son séjour dans l’armée des frontières, il raconte la vie dans les groupements faite de rencontre, de retrouvailles et parfois de conflits. Il analyse aussi les tiraillements entre les maquisards, les politiques, les officiers déserteurs de l’armée français, les fameux DAF, et surtout la construction de ce qui allait devenir l’ANP. En avril 1961, il rejoint la Tchécoslovaquie pour un court stage d’artilleur. Il revient en Tunisie pour être formateur de jeunes recrues puis responsable de la première école de cadets créée pour les enfants des refugiés algériens. C’est à Sétif qu’il retrouve les siens après plus de six ans d’absence. Il prend alors la décision de servir dans cette wilaya où il sera nommé officier de liaison régionale. Il entame alors une longue carrière militaire. Il assurera entre autres, le commandement de la 4e Région militaire et plus tard la direction de cabinet de la présidence de la République."

Lire aussi : http://www.lematindz.net/news/18519-les-verites-du-general-major-hocine-benmaalam-samedi-sur-brtv.html

tout jeune, Hocine Ben Maalem avec le colonel Amirouche.

TAHAR 10/11/2016 10:08

PREMIERMENT C´EST NOTRE PRESEDENT

DEUXSIEMENT A AIDER LA CONCOURDE CIVIL
TROISIEMENT AIMER PAR NOTRE FAMILLE( SOUMAM ) ighil-khelil iayadene- azziz bouteflika c´est un homme de parole d ápres le centre de hospitalier de c-h-u beni-messous

TAHAR 10/11/2016 09:59

IL VA ÊTRE OPÉRE D ÚNE A V C C´EST UN CAILLOUX SANG QUE ALLAH LUI DONNE DE COURAGE ET FACILITE LA TACHE

ET LA MAIN DE DIEU( ALLAH ) QUI LUI SAUVE DE CETTE MALADIE

JE SUIS PRES AIDER C´EST A BESOINS DU SANG B RESUS POSITIF

tahar 09/11/2016 09:53

Es momento de unirnos todos en una sola fuerza”, dijo ISLAM

tahar 09/11/2016 09:50

DINARS CONVERTE A 200 DOLLAR

Recherche

A voir aussi اشياء جميلة تعجبكم

Ambiance Facebook

Roll Over Beethoven