2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 15:39
Né le 24 avril 1941 à la Haute Casbah (Alger).
Second fils d`une famille modeste, enfant déjà, i1 succombe aux charmes des mélodies du chaâbi.
A la sortie de l`école, il se précipite régulièrement au Conservatoire municipal. Un deuxième prix récompensera le jeune talent. Après des débuts en classe classique dirigée par Abderrahmane Belhocine, Boualem passera respectivement chez Abdelkrim Dali, Iguerbouchène et M`hamed El-Anka.
A 15 ans, il fera ses premiers pas à la radio. Mais les temps sont durs et la guerre fait rage. Il est difficile pour l`adolescent de réconcilier l`école, la musique et les petits boulots.
De vendeur de journaux à la criée jusqu`à l`apprentissage de la pâtisserie qui deviendra son véritable métier, Boualem garde intacte sa passion pour la musique et à l8 ans il s`initie à la composition.

El-Hamdou lilah Kitlaâ laâlam (Dieu Merci, le drapeau flotte) sera sa première création musicale. Emigré clandestin à Paris après l`indépendance, il se décide un jour, dans la cafêtte que tient le grand artiste Salah Saâdaoui, de chanter sa mère et l`exil, Adhili Belkheir ya Loumima, allait vite devenir un tube qui le propulse dans le gotha des super-stars du chaâbi.

Nous sommes en 1970. Mais une autre passion habite le maître du chaâbi. le sport et surtout le football à qui il consacra de nombreuses chansons. Auteur et compositeur, Rahma Boualem a son actif une dizaine de disques, Yalmmima est l`un de ses succès. Ses thèmes préférés sont les thèmes sociaux. patriotiques et religieux (Nabaoui et Gharbaoui). Ce pâtissier de profession, chante l`exil, l`espoir, la foi.

Partager cet article

Published by Bob_A_A - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven