3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 21:37
Biographie
Né à Alger le 15 décembre 1897, Mahieddine Bachtarzi a suivi des études coraniques à la Medersa libre de cheikh Ben Osman, à l’issue desquelles il devient chantre à la grande mosquée d’Alger, à l’âge de 14 ans. Doté d’une voix chaude et suave, il fait son entrée dans la scène artistique en intégrant l’école de musique El Moutribia, où il sera nommé président, sans pour autant oublier d’assumer son rôle de Bach Hazzab. Après un périple de 12 ans à travers l’Europe, avec la troupe El Moutribia, il devient, en 1928, professeur de musique au Conservatoire municipal d’Alger.
Dès 1924 Mahieddine Bachtarzi chante à l’Empire et à l’Olympia. Le futur recteur de la Mosquée de Paris, Si Kaddour Benghabrit le fait passer à Radio Paris. En 1926 il chante la Marseillaise en arabe au Quai d’Orsay. Avec El Moutribia il se produit en 1927 dans la salle des fêtes du Xème arrondissement à Paris, au café maure de la Mosquée de Paris et pour un concert organisé par le journal L’Intransigeant auquel assistent des algériens venus de Clichy, Saint-Denis, Nanterre, Gennevilliers, Billancourt. Jusqu’à la fin des années 30, El Moutribia et Bachtarzi se produiront régulièrement pendant la période estivale à Paris, Marseille, Nice et Asnières alors que, par ailleurs, Hadj Tahar Sebagh et Brahim organisent des soirées avec chants et danses au café de la Mosquée auquel le tout Paris s’y pressait jusqu’à leur suppression en 1929.

Ayant composé quelque 400 oeuvres musicales, il est admis en 1931 comme membre de la société des auteurs-compositeurs de musique de Paris tout comme il reçoit la distinction marocaine de 5e chevalier du Ouissam en 1926 et de commandeur du mérite humain décerné par les autorités suisses pour sa contribution et le rôle qu’il a joué pour faire connaître la culture et la musique algériennes. Parallèlement à la musique, il s’investit dans le théâtre populaire plus accessible en recourant aux pièces composées par Allalou et Rachid Ksentini, puis dès 1931, en collaboration avec Mohamed El-Hamel, il écrit Djeha et l’usurier et en 1932 entame sa première tournée à travers le pays.

À l’indépendance du pays, Mahieddine Bachtarzi est nommé directeur du Conservatoire d’Alger. Le dramaturge, qui compte l’adaptation de quelques pièces universelles, notamment L’Avare et Le malade imaginaire de Molière, décède le 6 février 1986 à Alger, à l’âge de 88 ans. Le 21 mai 1992, il est honoré, à titre posthume, de la médaille de l’Ordre du mérite national.

Partager cet article

Published by Bob_Algiers_ - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

ghania kouidri 03/06/2015 00:20

j'adore

elmaknine 28/12/2013 08:45


sublime ,formidable

elmaknine 26/01/2011 18:41



salam


je crois que chez okbob on ne peut rien telecharger.


mais tu peu telecharger la version de nouri koufi sur google.



zaoui 26/01/2011 10:08



sublîme, magnifique,magique ! ma mere pleurait à chaque fois qu'elle l'ecoutait comment la telecharger svp ? ça fait plus de 2 ans que je cherche desesperamment sur internet cette chanson
chanté par ce chanteur.merci merci !!



Bob_A_A 27/01/2011 19:13



Mais c avec plaisir l'ami !!



elmaknine 17/05/2010 09:49



salam


FORMIDABLE.barakallahou fik.



elmaknine 13/02/2010 15:24


salam
c'est une chanson que je ne me lasse pas d'ecouté.
ps:elle est classé dans quelle section des chansons de musique.?


Bob_Algiers_ 13/02/2010 16:32



MUsique puis Music-Hall
bonne écoute



Roll Over Beethoven