5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 11:21

Le site officiel du parti politique "FFS" Algérie

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob_A_A - dans Salon Algérie
commenter cet article
 

commentaires

militents s b a 15/05/2016 10:28

scondale de la féderation s b a vous etez tous impliqué dans la frode du cette fidération qui na pas de souvrentté le partie et prie autage par des personne qiu veulle le partie dans les cafitiria et son siege votre chef lieu laghati et avuegle pour les élection prochaine votre patie et désormie son souvrainté le ffs n aura rien prochainment les militent vrais son écartais par ses malade laghwati et mwafek ses dernnié son des vrais malade des monsonge et trouble montale vous avez asistté au masacre du partie et vous avais fais fin au patie le prelmie secraitaire de puit 2007 ses catastrofe la besence du la dimocratie et la releve reste des poin noire dans votre partie nous adirents et vais militants du partie dimisionnaire etsacheé bien que le parti et désormais ruinné dans la wilaya de sidi bel abbes se mésage et bien établie par tous les militents de sidi bel abbes

KHELOUFI 01/01/2016 15:35

Tu es un mortel comme tout humain DA EL HOCINE.... Les nationalistes algériens auraient aimé que tu sois resté le plus longtemps possible pour redorer le blason d'un pays meurtri, d'un pays détruit par ceux qui n'ont rien à voir avec cette terre arrosée par le million et demi de martyrs. Ces nationalistes auraient aimé te voir PRESIDENT de la république car personne d'autre n'en est passible. Tu as cette trempe... tu as l'intégrité et le savoir qui te le permettent. Dommage que ce pays n'ait pas vu d'homme compétent, intègre, visionnaire après le mort du Président Houari Boumediène. L'Algérie a tous les atouts pour devenir un grand pays dans le concert des nations mais malheureusement, ceux qui l'ont gouverné après le départ de Boumediène ont tout fait pour la mettre à genoux. Repose en paix DA EL HOCINE.... Tous les algériens retiendront que tu as été propre, intègre, nationaliste jusqu'à la fin de tes jours. Tu resteras le symbole pour tous.

KHELOUFI 31/12/2015 19:00

Da El-Hocine, tu es parti mais propre comme tout le monde te le reconnait... Toi au moins, tu n'as pas dilapidé les deniers du peuple algérien en trempant dans la bassesse comme l'ont fait beaucoup de ceux qui nous gouvernent actuellement. Je ne pense pas qu'il existe actuellement quelqu'un qui puisse te ressembler en tous points de vue...Tu es le modèle de l'intégrité, de la sincérité, de l'homme érudit, du véritable PRESIDENT que l'Algérie aurait dû avoir depuis longtemps car tu sais la conduite à bon port et en faire un modèle parmi les grands pays de ce monde. Dommage que tu sois parti, laissant l'Algérie entre de sales mains.

F.RAMDANE 31/12/2015 17:47

les Hommes ne meurent jamais .

KHELOUFI 31/12/2015 17:45

HOCINE AIT AHMED était le seul qui pouvait offrir le bonheur au peuple algérien... C'est à lui que devait revenir la présidence du pays car personne ne peut contester son caractère d'homme intègre, de véritable Moudjahid, d'homme instruit, d'honnête.... Dommage qu'il soit parti sans avoir mieux servi le pays et son peuple... Repose en paix DA EL HOCINE et que Dieu t'accueille en son Vaste Paradis car les homme de ta trempe n'existent presque plus dans ce pays totalement détruit par les rapaces.

berredjem salim 30/12/2015 23:16

L'Algérie viens de perdre un trésor le bijoux de se pays Edda el hocine cherche dans tes livres tu n'aura qu'a mettre un titre Adieu le père des révolutionnaire de tout les temps et de toute les générations en est triste oui mais le cam bat continue dort en paix ta des Edda el hocin junior qui tienne le flambo le paradis t'attends on chaa allah

algerien 30/12/2015 21:28

je n ais jamais fait de politique , je n y comprends pas grand chose , je ne supporte pas de parti en particulier , mais je tiens a exprimer mes sentiments , pour moi il y a une seule algerie et un seul peuple , ce peuple dont je fait partie doit changer pour évoluer et pour évoluer il faut une révolution ! une révolution dans la façon de percevoir l algerie nouvelle , en étant sincère et vrai pour prouver cet amour que nous avons tous pour ce pays ;il faut du respect pour cette terre si féconde ! cette révolution doit etre pacifique car elle doit etre intellectuelle ! avec l intellect on peut tout faire ! moi j ai du respect pour l algerien quelque soit son lieu a travers ce grand pays , et ce que je demande en retour c est d etre respecté , et que chacun d entre nous , chaque algerien quelque soit sa position sociale soit digne aussi d etre respecté , en faisant des effort simples avec le civisme et le savoir faire on pourras rendre a la terre d algerie ce qu il lui est du et chacun d entre nous auras sa place proprement sans faire du tord ou nuire a nos institutions toutes les institutions sans exception ; voila tout , et concernant la disparition de monsieur ait ahmed rahimahou allah je tiens a présenter mes sincères condoléances a tout ces proches et tout les membres du ffs ; mr ait ahmed etais quoi du on dise et quoi qu on fasse un homme de l algerie contemporaine , un homme qui a fait son chemin pour l algerie comme tant d autres , chacun de ces hommes ont aimé l algerie a sa façon ainsi soit il ! mais quelque soit la personne quelque soit le parti quelque soit ce qui c est passé de bien ou de mal ! il faut etre unis et réspectueux les uns envers les autres ;pour que plus jamais plus jamais je dis bien plus jamais les algériens se dresseront les uns contre les autres cela serait désastreux cela ne doit plus etre une issue a choisir ! ayb kbir alina ! voila et que rabi yerham mr ait ahmed et tout les chouhadas de l algerie soyons sages et restons sages merci !

mahiddineatmane 28/12/2015 16:28

إنا لله و إنا إليه راجعون.
تلقينا بحزن شديد نحن المنظمة الوطنية للأسرة الثورية الموحدة نبأ وفاة أحد أباء الثورة المباركة نوفمبر 1954 المجاهد حسين آيت أحمد وهو علم من أعلام الجزائر و صرح شامخ من صروح التاريخ و ركن وطيد من أبناء الجزائر البررة فجر ثورة نوفمبر المجيدة بنفس جبارة و عظمة هائلة، كان سديدا في حكمته و مثالا في سيرته تسامت فيه روح المجد و الخلود و تعاظمت لديه قوة الإيمان في تحرير الجزائر من الاحتلال الفرنسي.
نعزي أنفسنا و كل أبناء الجزائر بفقدان شرخ تاريخي مجيد.
رحم الله المجاهد المناضل الثائر: حسين آيت أحمد

mahiddineatmane 28/12/2015 16:27

إنا لله و إنا إليه راجعون
Nous avons appris avec une profonde tristesse la nouvelle du décès du moudjahid Hocine Aït Ahmed.Nous l'Organisation nationale de la famille révolutionnaire. Hocine Aït Ahmed,un monument historique et et un leader national, fils glorieux , grandeur puissant , Révolutionnaire du 1er Novembre1954 , était toujours sage par ses idées politiques à la vie nationale. Esprit de la gloire et l'immortalité et la puissance de la foi pour une 'Algérie libre et indépendante .

Hacine Rachid 28/12/2015 12:54

FEU DAl'hocine , était notre père spirituel en éducation politique et civilisationnelle. je reconnais en lui cet homme plein de vertues , rassembleur , pour qui seul le sort de l'Algerie tout entiere importait . Loin des calculs et querelles intestinales de ceux qui voulaient profiter de cette Algerie Fragile et meurtrie par tant de méfaits et d'exactions
dans tout intervention de DAl'hocine il y avait toujours autant de sagesse , c'etait un des enfants de l'Algerie des plus propres et qui ont tout donné pour ce pays sans contre partie. puisse DIEU le tout puissant l'accueillir en son vaste paradis

KHELOUFI 27/12/2015 19:43

Avec la disparition de feu AIT AHMED HOCINE, l'Algérie a perdu l'un des Grands Hommes qui ont fait l'histoire de ce pays. Pour dire vrai, l'Algérie n'a connu en tout et pour tout, trois Grands hommes politiques qui avaient la trempe d'Homme d'Etat et qui pouvaient mener le pays à bon port. Ce sont le Président Boumediène, le Président Boudiaf et enfin le dernier des grands....Hocine AIT AHMED. Dommage qu'il soit parti sans avoir eu l'occasion de donner plus à ce grand pays qui avait énormément besoin de lui après la disparition des Boumediène et Boudiaf. Pourquoi ne veut on pas laisser les vrais nationalistes conduire les destinées de ce pays là où les valeureux ont voulu qu'il soit en se sacrifiant ? Pour conclure, je dirai : repose en paix toi le martyr car tu as été propre jusqu'au dernier moment de ta vie.

AHFIR Madjid 26/12/2015 18:18

je présente toutes mes condoléances à la famille AIT AHMED et à tous les militants du FFS, suite au décès de Da L'Hocine.

salem aek 26/12/2015 08:20

الله يرحمه ويسكنه فسيح جنانه , إنا لله وانا اليه راجعون ,

fouatmia adda 25/12/2015 20:39

ان لله و ان اليه راجعون رحم الله الزعيم ايت احمد و اكسنه فسيح جنانه

Noureddine Bendahhou 25/12/2015 20:18

Un Grand militant Maghrébin s'est éteint. Un seigneur dans Le sens de grandeur, d'honnêteté et du sacrifice de soi. Paix à son Âme. Des maghrébins de son Niveau,
Nous en avons besoin pour édifier le Grand Maghreb Uni.
Avec Tous mes Respekts: Noureddine Bendahhou, journaliste marocain en éxil volontaire en Allemagne.

لمين من الونزة/تسة 25/12/2015 17:53

ان لله و ان اليه راجعون رحم الله الزعيم ايت احمد و اكسنه فسيح جنانه

عزالدين بوعبدالله 25/12/2015 15:19

باسمي منسق اللجنة الادارية لفدرالية سطيف ...فدرالية حسين ايت احمد... وباسم كل المناضلبن الشرفاء لجبهة القوى الاشتراكية نعزي انقسنا واغزي كافة الشعب الجزائري على فقدان احد اعمدة الجزائر اسس لاستقلال الجزائر وصخر حياته من اجل الحرية و العدالة انه بصريح العبارة منديلا الجزائر رحم الله الفقيد و اسكنه فسيح جنانه تحيا الاففاس وتحيا الجزائر

LOUNICI 25/12/2015 14:57

j'ai appris avec une grande tristesse le décès de Mr AIT AHMED ,l'une des figures emblématique de l’Algérie contemporaine. en cette douloureuse circonstence, je présente mes sincères condoléances à tous ses proches ainsi que sa formation politique,
j'implore DIEU le tout puissant,qu'il l’accueille dans son vaste paradis,a DIEU nous appartenons et à lui nous retournerons

ببودينار محمد 25/12/2015 12:51

عاش زعيما ومات زعيما وسيكتب اسمه في سجل التاريخ بقلم من دهب عكس اللدين تكتب اسمائهم في مزبلة التاريخ رحم الله الفقيد ان لله وان اليه راجعون

moussi abdelmalek 25/12/2015 12:23

j ai appris avec une grande tristesse et une vive émotion le décès de notre cher président HOCINE AIT AHMED , une icône de la lutte pour les libertés, un digne fils de L ALGERIE qu il voulait plurielle, libre et démocratique . il fut tout au long de sa vie un combattant acharne de la liberté de la démocratie et des droits de l homme .Je m icline ce jour devant sa mémoire et présente mes sincères condoléances aux femmes et aux hommes de ce pays qu il a tant chéri , a sa petite et grande famille ,puisse dieu les assister en cette douloureuse circonstance .aux membres de la direction et aux militants de son parti de toujours le FFS soyons dignes de son fabuleux héritage vive L ALGERIE, vive le FFS.

nacir 25/12/2015 11:38

ببالغ الاسى والحزن العميق تلقينا نبا وفاة الشخصية التاريخية الزعيم الروحي للمناضلين الاحرا في العالم لايسعني بمناسبة هذه الفاجعة الاليمة التي اصيبت بها الجزائر في الصميم الا التضرع الى الله العلي القدير ان يتغمده برحمته الواسعة ويلهمنا وذويه الصبر و السلوان)ان لله وانا اليه راجعون) وداعا الدا الحسين يا ابا الجزائر الحزينة

KHAMIS Rabia 24/12/2015 19:14

Ellah Irham Da Lhocine.
C'est son corps qui nous a quitté. Son projet politique est le notre. Son idéal est notre objectif à suivre. Il nous a laissé un héritage riche. Le FFS est toujours là debout.

fateh kechroud 24/12/2015 14:22

aki rahma rabi nchallah

fateh kechroud 24/12/2015 14:22

les hommes se reconnaisse pas pour leur noms , mais par leurs travaille qui 'ils on fait

faith kechroud 24/12/2015 14:19

Toutes mes condoléances a cette pure et grande personnes que L 'Algerie regrettera de le perdre et toutes la famille de Ait Ahmed , ton âme et ta mémoires restera toujours dans notre coeur un hommes ta combattues et un commun hommes tu restera toujours aki rama rabi nchallah

KHELOUFI 24/12/2015 13:34

C'est avec une très grande tristesse que j'ai appris, moi le fils de Chahid, la cruelle perte de Si El-Hocine, l'homme modèle de la révolution, l'homme sincère et propre qui, si les choses étaient normales dans ce grand pays, aurait été le PRESIDENT de la république au vu de son passé d'homme honnête, de grand moudjahid et d'homme intègre. Que Dieu ait son âme et le fasse habiter en sa noble demeure le PARADIS divin. Rabi yerhmou

رت لك تحر djamal 24/12/2015 03:15

ظلمك ابناء الحركة انت احببت الجزائر و الجزائر احبتك اما الظلم التى تعرضت له لقد تعرض له كريم بلقاسم وشعباني ومهري و بوضياف رحمهم الله كل المخلصين والمجاهدين تعرضوا الى ظلم نطلب من الله ونتذرع له الهر ان يلهم اهل بيتك بالصبر و السلوان ان لله وان اليه راجعون ودعا وداعا ايت احمد لن ننساك و نحدث عليه ابنائنا و بناتنا ونذكرك فى مجالسنا وبين أصدقاءنا نترحم عليك و تدعوا لك فى صلاتنا انت بطل عشت بطلا و مت بطلا و عشت شريف و مت شريف يكفينا فخرا انك لم تكن مرتشيا و لا سارقا و لا مختلسا انك شريف ابن شريف رحم الله البطن الذى حملك ودعا ابانا احمد
تعازينا الخالصة الى كل مناظلين حزب الافافاس

رت لك تحر djamal 24/12/2015 03:08

ا
ظلمت و نفيت من وكنك الذى دفعت له شبابك و توفيت بأرض لم تحررها من تسبب فى نفيك من وطنك يخذله التاريخ و يموت ويترك ورائه تاريخ اسود اما انت كتب تاريخك واسمك بحروف من ذهب الكل يبكيك ان لله وان اليه راجعون ماذا نقول وردة الجزائرية التى رقصت وغنيت وشربت الخمر تدفن بالمقبرة و انت و أمثالك كعبد الحميد مهري تدفنون بمقابر عادية سوف ياتي يوم و ينقل جثمانك الى مربع الشهداء بالمقبرة العالية و تسمي الشوارع باسمك لأنك بطل من إبطال الجزائر اللهم ارحم عبدك ايت احمد و اسكنه فيسح جناتك و ألحقه بالأنبياء و المجاهدين و عبادك الصالحين تعزية من- جعفر ب ب ع

djamal 24/12/2015 02:57

ودعا ايه الرجل العضيم عشت بش لانك كنت شريف رفضت الظلم و الاستعباد ان لله وان اليه راجعون الصبر لاهلك و الى كل جزائري شريف ودعا داي احمد تاريخ كتب بحروف من ذهب اما الانذال الذى فرضوا عليك المنفي ف فى نفيك من انه صعاليك انا لا اعرف عنك الكثير لانى صغير فى السن لكن يكفيني انه مجاهد و مناظل واسد من اسود الجزائر اودعك انا و ملايين الجزائرريين ونبكيك بحصر الفراق ودعا ابانا رغم مرور سنوات عن عيشك فى سويسرا لكن
احترامنا اليك كبير جدا باسمي واسم ابناء مدينة برجبوعريريج نقدم تعازينا الى اهلك ونعزي انفسنا فيك لان خسارة لنا كشباب وخسارة للجزائر

Semghouni 18/04/2015 15:49

Le devoir de la liberté
De la transition en paysage troublé
Ce n’est sans doute pas, tout s’en faut, le meilleur ouvrage qui ait été écrit de Jean Jaurès sur le sujet de l’histoire du socialiste d’autres plus qualifiés que moi pourrait même y relever un certain nombre d’erreurs historiques et le style de Jaurès n’a pas de subtilité de celui de Michelet. Ce qui me séduisit néanmoins dans le livre, c’est d’une part l’évolution de l’élan de la révolutionnaire que Jaurès, en socialiste sait particulièrement bien rendre, et d’autres part, la description des différentes phases de la révolution, aves les personnalités que chacune d’entre elles a mises en relief chez Jaurès, on voit en effet très clairement comment chaque période de ce long événement à en quelque sorte produit le type d’hommes dont elle avait, sur le moment besoin pour son développent .
Cette analyse ne demeure sans doute pas trop Marxiste, en ce qu’elle sous estime l’importance du hasard et le rôle des grandes individualités dans l’histoire son déterminisme reste un peu trop mécanique. Cependant elle possède bien quelque pertinence. Car dans tous ces processus d’accouchement d’un ordre nouveau à partir d’un ancien que les révolutions, il y a le temps de la rupture violente, qui est celui du rebelle et des (romantiques), puis celui du détachement progressif de l’ordre ancien de l’émergence de personnalités un pue double, à mi-chemin des deux régimes ; enfin l’instauration confuse du nouvel ordre, avec toutes les tensions contradictoires que cela suppose- réformatrices d’un coté restauratrices de l’autres- ; et la formation d’une véritable classe politique.
Je n’aurai pas le ridicule de chercher à tracer des parallèles avec la situation algérienne, pour repérer quels en fusant les Mirabeau, les dontons ou les robes pierres.
Ce type de leçons de l’histoire est un exercice aléatoire et vain les situations sont incomparable. Mais il me semble tout de même que tous les processus de passage d’un ordre ancien à un ordre nouveau partageant des mécanismes et des problèmes communs. A la base la question est ailleurs dans tous les cas, identique, pourait se résumer ainsi : comment faire surgir une nouvelle organisation à partir d’une ancienne, en gardant forcément pendant un temps, des pans entières de cette dernière ? Ce problème, sous le nom de « transition », n’est plus aujourd’hui le simple sujet de notions théorique et absconses pour congres politique. Il est devenu l’un des plus concrets et réels qui soient de puis la chute du mur de Berlin et la fantastique révolution à laquelle on assiste depuis.
Le retour des nations, après presque un demi-siècle de communisme, dans le cadre d’action et de passée occidental. Le premier grand problème auquel, dés les premiers instant, ce processus s’est heurté en Algérie tient à la question de représentativité de l’organisme chargé de préparer la première transition, en l’occurrence le fond du salut national sans exclusion, la transition aurait en d’évidence plus de chances de bien passer si avait pu être constitué, à la place de cette formation à pensée unique, un gouvernement provisoire d’unité nationale dans le quel seraient entrées toutes les forces politique Algérienne. J’en ai indiqué en passant les difficultés mais je regrette encore que nous ne soyons pas arrivés à surmonter. Car par là nous eussions sans doute gagné le temps dans l’évolution et le progrès au lieu de subir la dessiné noir et son terrorisme, et la fuite en avant depuis 1999 à ce jour, ou plus dans le gâchis de processus démocratique, et épargné pas mal de déséquilibres et convulsions à notre pays, telles ces trois « mirériade » qui ont fait tout le mal à l’image de l’actuelle Algérie et son économie et sa vie sociale ainsi qu’a son éducation au niveau de l’école et ces échelles de valeurs civique à travers l’ensemble de la société. Ce n’étaient pas là, bien entendu, les meilleures conditions pour se savoir faire et des technologies avancé des étrangers dons nous avons tant besoin. On peut bien sûr accuser tel ou tel leader politique de cette situation, se livrer au jeu coutumier de savoir à qui incombe la faute de ces incidents regrettable. L’exercice me semble, là aussi, vain je voudrais prendre plus de hauteur. Je crois en effet que ce qui s’est passé dans mon pays n’était que la conséquence de cet héritage très lourd laissé par 132 ans de colonialisme et 52 ans de dictature après avoir vaincu le colonialisme français et ces sous traitants.
La paranoïa répressive du système politique et avec un pouvoir à sens unique contre la société Algérienne, avons installé une espèce de vide politique absolu, les anciens partis n’existaient plus que dans la mémoire de leurs leaders vieillis ou bannis, les syndicats et les organisations professionnelles ainsi que les associations de la société civil étaient totalement embrigadés, le personnel de l’état et les partis politique de plus en plus médiocre et corrompu . Il n y avait pas de dissidence organisée, seulement quelques sursauts d’honneur individuels et ponctuels de-ci, delà, et aucune grande conscience nationale morale in contestable comme Andrei Sakharov en U.R.R.S.Tout le monde en Algérie faisait le gros dos en attendant des jours meilleurs, se défendant avec la seule arme que lui laisse le système et qui est toujours la revanche de l’impuissance et du désespoir : l’humour….
J’ai qualifie ailleurs ce système de « pervers ». L’épithète est faible : la dictature est un système profondément destructeur, qui anéanti en nous toute volonté et même tout repère, nous nous trouvions en permanence plongés dans une sorte d’irréalité, de « no man,s land » politique, sociale et culturel. C’en était au point que nous avons même perdu la signification des mots les plus simples, tels que démocratie, jeu démocratique, représentants du peuple, discussion et alliances. Nous étions- et nous sommes encore partiellement perclus de préjugés remontant à des temps révolus, qui n’ont même vraisemblablement jamais existé ailleurs que dans l’imagination de nos idéologues. Je n’ai compris ainsi que ressèment- et ce fût long et douloureux- qu’un adversaire politique n’est pas forcément un ennemi mais quelqu’un qui entretient tout simplement une autre vision de l’avenir de mon pays que la mienne, vision qui peut s’avérer tout aussi possible et légitime, et dont on peut donc discuter. Pour les générations, nées en système socialiste-socialisant sous la coupe d’un parti unique.
Il ne pouvait y avoir au fond qu’une seule et indivisible vérité puisqu’elle était « scientifique » penser que la vérité pût être chose relative ou, du moins sûr pas mal d’aspects, définitive, donc sujette à négociation, ne faisait pas partie de nos reflexes naturels. Dans le climat de paranoïa tout le contraire. Le consensus à tout prix mène à une vision de la lutte politique en termes d’affrontements violents, à l’issue des quels il ne saurait y avoir, clairement qu’un vainqueur, le blanc ou le noir. L’idéologie du système actuel en place au pouvoir, qui même nous refusons consciemment, nous a profondément contaminés procède sans cesse à une sorte de militarisation de nos comportement et de nos affects c’est en aval, dans nos âmes, qu’il a voulu régner et il y parvenue.
La société que le parti unique nous a laissée en partage évoquait une sorte de théâtre d’ombres, sur la scène Dans la qu’el nous affrontons à coups d’images passées et tellement idéologisées qu’elles en devenaient totalement irréelles et fausses. Ce qui nous maque c’est l’essentiel, l’indispensable et presque le plus simple : un terrain sur lequel puisse se déployer un débat qui ne soit pas seulement imaginaire. L’objectif tout simplement de faire naître un espace, pour en finir avec querelles vaines et dépassées, pour affronter enfin les vrais problèmes qui se posaient à notre pays,- comment allons-nous restaurer la compétitivité si basse, presque inexistante, de l’économie algérienne sur le marché international ? –Comment assurer notre développement industriel et financier ? – Comment rejoindre les pays émergeant et ainsi de suite il s’agissait d’assainir, de déblayer le terrain des vestiges idéologiques qui l’encombraient et le faussaient de toutes parts, de le reconcrétiser, de remplacer, comme on dit parfois, notre société entièrement politique par une véritable société civile, avec un état dirigé par des forces politique soumise au suffrage universel transparent et honnête autrement dit, tout ce que l’on appelle la DEMOCRATIE !
L’initiation d’une espèce de mécanisme autoproduit qui de proche en proche, aurait désidéologisé de fond en comble notre société pour la ramener à la réalité et l’urgence des vrais problèmes. Il faut en effet casser à tout prix cette structure d’ensemble paranoïaque et schizophrène qui ne cesse de se cacher à elle-même les vrais enjeux pour sombrer dans des combats idéologique mensongers et superflus. Le pas à franchir devait en somme le même que celui que les socialistes français ont fait avec succès après mai 1981, revenir à la réalité, sauf qu’ici il ne concernait pas une formation politique isolée, mais une société toute entière. Pareille stratégie nécessite chez nous que l’on s’appuie sur un mécanisme économique neutre et incontestable, en l’occurrence celui du marché. Plus je repense à ce couple (démocratie/économie) du marché, plus il me semble d’ailleurs inséparable. Le marché, parce qu’il traduit un strict mécanisme rationnel d’allocation des ressources, n’a pas en soi de couleur politique, ainsi qu’a pu écrire le prix noble d’économie Maurice Allais il n’est, par nature, ni de droite ni de gauche, alors que le dirigisme économique, lui suscite toujours la constitution ou, du moins le renforcement des régimes autoritaires lorsque les critères d’allocation de ressources dans un pays sont politique et non strictement économique, cela fait forcement naître, ou ne peut que la renforcer si elle existe déjà, une caste bureaucratique qui cherchaient et à trouver le moyen de verrouiller son pouvoir au niveau politique et par l’argents sale, à traduire en termes de hiérarchie ses prérogatives décisionnelles dans l’économie. Ainsi se met progressivement en place cette confusion, qu’ont connue tous les régimes des pays totalitaires entre un parti politique et un état gestionnaire. Presque un résumé de toute l’histoire communiste…….
Bien sûr, le recours au marché entraine parfois en des moments déterminés, des injustices et des déséquilibres passagers qui peuvent néanmoins s’avérer fort douloureux et dangereux. Il appartient à état d’en réduire, autant que faire se peut, les conséquences concrètes. Il doit ajouter aux lois du marché ce que s’appellerai une composante sociale, intervenant quand ces lois menacent par trop le bien national ou les conditions d’existence de telle ou telle partie de la population. Mais pour le reste, en temps normal je dirais, il doit se contenter de faire en sorte que le marché puisse fonctionner au mieux de sa rationalité naturelle .Il ne s’agit aucunement ici, ainsi qu’on m »en a parfois accusé de « libéralisme », « néo » ou « ultra ». Je ne permets à personne de penser qu’en adepte d’un enrichissez-vous tous azimuts j’avalise les enrichissements rapides et sans travail, par pure spéculation ou système D. Ceux-ci se produisent aujourd’hui dans tous les pays à pensée unique aux travers des phénomènes de la petite mafia urbaine des changeurs d’argent au noir et de la grande donc on parle moins parce qu’elle est moins voyante, mais dont le poids économique est infiniment plus important, qui utilise les anciens réseaux de la pensée unique international pour faire fortune dans l’import-import. Si l’on veut s’attaquer sérieusement à ces problèmes, et pas seulement de façon démagogique populiste, je prête qu’on ne le fera pas au moyen d’une limitation des lois du marché mais au contraire par leur libre exercice généralisé. L’affairisme profite toujours du climat de clair-obscur qui existe entre deux ordres sociaux, quand le neuf n’ayant pas encore pris totalement la place de l’ancien, les règles de fonctionnement demeurent floues, instable, contradictoires, voire doubles. En d’autres termes, plus rapides nous serons à imposer un jeu clair des lois du marché, plus vite nous ferons disparaitre ces situations abusives. Reste, bien sûr, l’épineux problème des structures laissées en place par la pensée unique le régime qu’il faudra bien, un jour ou l’autre, totalement démanteler. C’est tout le problème gigantesque, de l’épuration de notre société après l’année 2019. Je suis pour le pardon, mais pas pour l’oubli ; pour la punition, mais contre la revanche et tout lynchage.
Aussi, je pense qu’il faut se comporter de même dans ce pays : laisser leur chance aux fonctionnaires tous confondu de l’ancien régime qui n’ont fait qu’accomplir leurs charges administratives, de se racheter en mettant leurs compétence au service du nouveau régime démocratique au profit de des nouvelles générations « la jeunesse » tout en poursuivant bien sûr, impitoyablement mais justement, ceux qui auraient profité e leurs pouvoir à des fins personnelle. Mais je pense qu’il faut de toute façon éviter ces procès d’intention et de soupçons où l’Algérie nouvelle à tout à perdre, et d’abord sa cohésion si fragile encore. L’urgence, aujourd’hui, est de redonner confiance en elle-même de lui faire retrouver ses marques. La replonger de nouveau dans un climat de suspicion généralisée où elle n’a que trop macéré par le passé n’en saurait constituer le meilleurs moyen c’est pourquoi, ainsi que je l’ai déjà dit, je suis en faveur d’une épuration circonstanciée et l’égale, soumise à la justice ; et non généralisée et sauvage, au nom d’un introuvable peuple. Telle est la responsabilité qui incombe aujourd’hui, à vous hommes politique. Elle est grande, écrasante même et il faut savoir que si, pour une raison ou pour une autre, vous vous dérober, nos descendants ne le comprendraient pas et vous renverraient inéluctablement comme ils le feront de la pensée unique dans les oubliettes de l’histoire style d’octobre 1988.
Je propose personnellement que ce consensus, que j’appelle de tous mes vœux, s’arc-boute sur le mot clé de « réforme » il s’agit là en effet d’une des rares notions- peut-être même la seule- à n’avoir pas été accaparée dans le passé par l’un des deux systèmes concurrents, pensée unique et la démocratie réelle et non de façade . Ce n’est pas pour autant une notion neutre, incolore et indolore, elle signifie seulement la volonté de traiter les vrais problèmes sans a priori, sans solutions toutes faites, mais au contraire, grâce à un examen lucide et raisonné rationnel des enjeux entre des forces responsables prêtes à travailler ensemble, sans oublier pour autant ce qui les sépare. Bref, la reforme équivaut pour moi à la démocratie vivante, en acte, en marche, et l’exact inverse de cette utopie désastreuse qui avait pris pendant 52 années le nom trompeur de pensée unique.
L’indigène retraité
Moussa Semghouni

Mohammed Abdelkader 10/02/2015 18:17

Bonjour. La meilleure consultation que fera le FFS sera avec le pouvoir directement. Précisément avec le frère du président qui est son meilleur conseiller et son confident. En ces temps de vaches maigres et d'horizons lugubres; le président attend rien moins que le levier d'Archimède. C'est-àdire, un programme dument réfléchi, efficace et instantané.. Ce programme est fin-pret, muri et ficelé et n'attend que d'etre soumis au président. Appelez-moi d'urgence.

lamine 24/02/2015 11:25

BONJOUR
je suis très daccord avec initiative du partie FFS qui veut porter a l’Algérie une issue avec sa bonne vision de la sortie de la crise tans attendu
c'est un travail d'un partie politique dont on lui souhaite une bonne réussite
c'est un partie qui milite et qui mérite sa place dans l’Algérie d'aujourd'hui
je souhaite aux autres parties( ceux qui ont une base et une politique les non rencunes ) a y adhérer au consensus pour unifier l’Algérie et de faire ce consensus une forte plateforme

LAMINE 01/02/2015 14:23

Souhaitons prompt retablissement a notre ZAIM M AIT AMED et longue et bonne vie

souhaitons de touyt mon coeur RABI IWAFAK pour la reussite de la conference du consensus du FFS pour sauver l'algerie et corriger et de mettre le train sur rail chose attendu depuis l'independance

abat les rencunés et les opportunistes qui se croient politiciens et qui pensent qu'a leur partis au depent de l'algerie

citoyen 23/11/2014 13:10

tous les partis sans exception sont des opportunistes et n'ont de crédibilité chez le peuple algerien qui a bien compris les leçons . ç'a suffit de la démagogie.
le parti du F.F.S. a changé la couleurs de sa verte depuis le retrait du grand moudjahed

SI SALEM CHERIF 24/12/2015 15:06

Bonjour ou Bonsoir;
AZUL FELLAWEN;
Je présente mes meilleures condoléances pour le décès et la perte de notre zaim charismatique et héros de notre pays, DA L'HOU, que dieu l’accueil en son vaste paradis, et courage pour sa famille et ses proches; J’espère que le combat qu'il a mené ne s'arrêtera pas, et que l'Algérie dont il rêve verra le jour inchallah. A dieu nous appartenons et à lui nous retournons. INA LI LAHI WA INA ILAYHI RADJI3OUN. A la famille du FFS, Toutes mes condoléances.

Recherche

A voir aussi اشياء جميلة تعجبكم

Ambiance Facebook

Roll Over Beethoven