9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 17:47

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob_A_A - dans Télévisions
commenter cet article
 

commentaires

TAHAR 09/06/2017 16:16

bonne channce et merçi ikram bouchelouh iayadene
Benghebrit l'a annoncé sur son compte twitter
Examen de la 5ème: 89,38% de réussite à l'échelle nationale
Capture d'écran du tweet de la ministre
Partager1

Le taux de réussite à l'examen de la 5è pour l'année 2017 s'est établi à 89,38% à l'échelle nationale, a annoncé jeudi la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit sur son compte twitter. Le taux de réussite s'est par ailleurs établi à 93,91% (après le rachat sur la base de la fiche de synthèse), a précisé Mme Benghabrit. Le taux de réussite à l'examen de la 5è en 2016 était de 79,99%.

Les résultats de l'examen sont annoncés depuis 14h ce jeudi sur le site de l'Office national des examens et concours, il seront diffusés ensuite au niveau des établissement scolaires

tahar 27/05/2017 13:00

présente ses meilleurs vœux aux musulmans de la terre entière.

tahar 19/05/2017 16:57

Brent: $52,82+0,71%
Taux de change: 1 € = 120,97 DZD (Officiel), 190,50 DZD (Parallèle)
tous va bien amis amer

tahar 27/04/2017 10:23

Combien coûte la présidentielle à l’Etat ?

tahar 27/04/2017 10:14

Présidentielle française : Macron, Le Pen et l’Afrique

en vÔte pour la france

tahar 27/04/2017 10:12

La campagne électorale pour les législatives du 4 mai a débuté à pas feutrés dimanche en Algérie, les candidats devant faire face à l'indifférence d'une grande partie des électeurs.

Dans différents quartiers de la capitale, peu de partis avaient procédé dimanche matin à l’affichage des listes de leurs candidats sur les panneaux qui leur sont réservés, a constaté une journaliste de l’AFP.

Dans les trois semaines à venir, partis politiques et candidats indépendants vont devoir convaincre une partie des 23 millions d’électeurs.

« L’épreuve de la mobilisation », « Les stratégies électorales à l’épreuve du terrain », ou encore, « C’est parti! La chasse aux électeurs est ouverte » titrait dimanche la presse algérienne.

Les thèmes de campagne ne manquent pas. Le quotidien francophone l’Expression les énumère: « De la dégringolade des prix du pétrole qui a provoqué une sévère crise financière aux préoccupations quotidiennes des citoyens qui subissent une flambée des prix sans précédent, avec en toile de fond les conflits qui secouent certaines régions du monde ».

Dans plusieurs quartiers de la capitale, les gens passaient devant les panneaux sans même les regarder.

Aux législatives de 2012, seuls 42,90% des électeurs avaient voté.

Chefs de partis et membres du gouvernement ont, pour une fois, le même +slogan+: Allez voter!

D’ailleurs, les panneaux réservés aux listes de candidats côtoient les affiches de la campagne gouvernementale « Samaa sawtek » (« Fais entendre ta voix » en arabe), lancée pour sensibiliser les citoyens sur l’importance du bulletin de vote.

La majorité des partis ont choisi de lancer leur campagne en dehors d’Alger. D’ici au 30 avril, dernier jour de campagne, pas moins de 1.826 meetings sont programmés dans tout le pays.

Ainsi, 1.200 candidats sont en lice pour décrocher l’un des 462 sièges de l’Assemblée populaire nationale (APN) au suffrage universel.

tahar 25/04/2017 10:16

Le spectacle de la guerre.
Par Salima GHEZALI — 5 juin 1997 à 04:08
Le spectacle de la guerre.
Sur les murs d'Alger comme dans d'autres villes du pays, les

affiches montrant les têtes mises à prix des «terroristes recherchés» côtoient celles des candidats à la députation. Etrange cohabitation. Les photos des «terroristes recherchés» sont en noir et blanc.

Vieux clichés puisés dans un dossier d'étudiant, regards hagards saisis par le flash dans un commissariat de police, les visages barbus ou imberbes, encore adolescents ou quinquagénaires, s'alignent, quelque peu irréels. Les passants ne s'attardent pas. Ces visages sonnent comme un démenti, ils ressemblent à ceux de «tout le monde», alors que la propagande officielle parle d'une entité abstraite nommée «terrorisme manipulé de l'étranger». Bien sûr, il y a tous ces «repentis» qui sont passés à la télévision et qui ont «avoué» des crimes innombrables avant, pour certains d'entre eux, d'être recrutés au sein des milices, mais tout cela restait malgré tout assez vague. Et voilà qu'en pleine campagne électorale ces visages s'étalent sur tous les murs, sans que l'on puisse zapper, ni même oublier qu'il y a là une transaction financière. La mort de ces hommes peut rapporter gros. Entre un million et 4 millions de dinars (de 100 000 à 400 000 francs). La plupart des passants accélèrent le pas. Peut-être ont-ils peur, en les regardant, d'imaginer qu'il s'agit là des auteurs de ces assassinats ou de ces massacres qui font frissonner de terreur?

Ou alors ils ont peur de penser que ces hommes pourraient être innocents, ils redoutent d'imaginer ce qui leur est arrivé, ce qu'ils ont subi. On n'ose pas trop penser à ces hommes, à leur passé, à leur présent et, surtout, on craint de songer à l'avenir. Pour certains, il est horriblement désagréable de se dire que «le terroriste» est une personne; pour d'autres, il y a longtemps que les mots ont perdu leur sens. Alors la plupart des passants pressent le pas. Seuls quelques adolescents s'attardent, le temps d'un commentaire. Il y en a, bien sûr, qui savent qu'un tel est mort depuis longtemps; ou que tel autre «n'a rien à voir avec tout ça». Le silence a parfois de nombreuses vertus et, au bout d'un moment, le groupe se disperse.

Dans certains quartiers comme El Madania, Belcourt ou Bab el-Oued, les affiches ont été violemment lacérées. Geste ambigu, dont on ne sait plus très bien s'il vise les personnes recherchées ou s'il proteste contre le procédé infamant.

Les affiches des partis politiques sont, elles, en couleurs. Des couleurs criardes, les imprimeurs n'arrivant toujours pas à maîtriser les techniques de sélection. Les affiches qui reviennent le plus sont celles du Rassemblement national démocratique (RND), le nouveau et, néanmoins, le plus important parti grâce aux bienfaits de l'adhésion spontanée qui l'a doté, en plus de ministres candidats, d'importants moyens matériels et du soutien de l'Administration.

La liste d'Alger, qui représente le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, la bouche ouverte au milieu de ses colistiers, suscite bien des quolibets. Dans une ruelle où cette affiche s'était hasardée, un plaisantin a dessiné, au feutre rouge, un couteau entre les dents du candidat-Premier ministre. Dans le fracas d'une normalisation menée au pas de charge et ne se souciant ni du coût humain de la guerre ni des innombrables fractures sociales qu'elle génère et gère se glisse parfois un dazibao éloquent.

La guerre, en Algérie peut-être plus qu'ailleurs, est aussi une guerre d'images. Les étrangers de passage, pris en charge par les services de sécurité pour cause de terrorisme, ne savent plus s'il faut s'extasier de la blancheur éclatante des murs nouvellement repeints de la capitale, se laisser bercer par le rythme tantôt langoureux tantôt endiablé des boîtes de nuit algéroises ou oranaises, ou se répandre en propos horrifiés sur les massacres de la Mitidja.

Le plus étrange est qu'ils pourront faire les deux sans déranger quiconque.

Les plages, envahies dès le début du mois de mai où la chaleur a dépassé les 35 °C, attirent leur lot de baigneurs; les filles aux yeux rieurs et à la démarche assurée, les jeunes à l'humour impitoyable, les boutiques croulant sous les produits d'importation, les golden boys au volant de leurs décapotables sont tout de suite pris dans l'oeil des caméras.

Leurs images seront brandies comme un cinglant désaveu à la face de tous ceux qui n'auront que les lambeaux de leurs souffrances pour tenter de se faire entendre.

Cet étranger de passage qu'est trop souvent le journaliste cherche l'excroissance heureuse ou monstrueuse. Parfois, les deux images seront sollicitées, superposées dans un accouplement curieux où l'intention inavouée est de les dissoudre l'une dans l'autre.

En Algérie, la guerre délivrée au goutte-à-goutte (comme les visas) nécessite le concours de ceux qui la montrent, pour apparaître sous un jour ou un autre sans, et c'est là que se niche la performance, qu'il soit nécessaire d'afficher ses préférences.

Les analystes peuvent toujours se fendre d'éditoriaux pour expliquer ce qui se passe, expliquer ce qu'ils ne peuvent surtout pas montrer. Les discours auront toujours moins d'impact que les images. Tant que des massacres connus, comme ceux des prisons de Serkadji ou de Berrouaghia, ou inconnus, comme ceux que colporte la rumeur, resteront interdits d'images; tant que les opérations menées par les services de sécurité ne seront matérialisées que par un communiqué laconique; tant que la violence attribuée aux uns sera mise en spectacle et l'autre violence occultée, les mots peuvent bien être invités à se valoir dans une guerre qui reste par-dessus tout une guerre d'images. Violence terrible, qui s'alourdit du poids de toutes les inconséquences de ceux qui se refusent à voir que l'on peut parfaitement enterrer un cadavre sous un autre.

Cette cohabitation insoupçonnée est bien la mieux organisée de la guerre. Mais elle n'est pas la seule. Dans les tribunaux, on peut assister au procès d'un journaliste ou d'un autre et regarder accusation et défense plaider à n'en plus finir. Mais il y a aussi ces avocats presque autant rudoyés que ceux qu'ils défendent, comme celui dont le client emprisonné a été privé des semaines durant de sucre et de sel, et qui, pour avoir introduit une tablette de chocolat dans la prison, sera poursuivi et ne devra son salut qu'à un extraordinaire élan de solidarité de ses confrères. Sans parler de tous les détenus en attente de jugement depuis des années et qui, un jour, seront libérés avec un non-lieu et sans autre forme de procès, après avoir vécu un enfer que certains d'entre eux s'empresseront de reproduire pour d'autres.

Mais tout cela est interdit d'image. Tout cela fait partie de ce que tout le monde, ou presque, raconte, mais que personne ne peut montrer, sans que cette entrave à la liberté d'informer ne conduise ceux qui font ce métier à s'interdire de faire comme s'ils étaient libres de le faire.

Salima GHEZALI bonne chance

tahar 11/04/2017 09:55

"Un diplomate est un homme qui sait se taire en plusieurs langues"

tahar 06/04/2017 17:15

L'étoile d'Alger, le 04/05/2017 les adieux de Bouteflika met en congé Mesdames et Messieurs

tahar 01/12/2016 09:47

Amar Ezzahi, la plus grande figure du chaâbi allah yar mouh farid salmi ( fougeroux ) bon courage et mes ccondoleonces a tous les chaabi

tahar 01/12/2016 09:45

Amar Ezzahi, la plus grande figure du chaâbi, la musique populaire algéroise dérivée de la musique arabo-andalouse, est décédé mercredi à l'âge de 75 ans. L'annonce de son décès a immédiatement couru sur les réseaux sociaux et faisait l'ouverture des journaux télévisés. Des centaines de fans se sont rassemblés devant son domicile où s'est rendu le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

Amar Ezzahi (le joyeux), de son vrai nom Amar Ait-Zaï, a passé la majeure partie de sa vie près de la vieille ville d'Alger où il était arrivé très jeune, après sa naissance dans un village de Kabylie en 1941. Son répertoire compte des dizaines de chansons enregistrées à partir de 1963.

Le chanteur avait été hospitalisé en septembre à Alger pour un malaise, explique le site d'«El Watan». Il devait être transféré dans un établissement hospitalier à l'étranger, selon le ministre de la Culture.

Un ascète qui fuyait les médias


L'artiste a mené une vie d'ascète : il n'était pas marié, n'avait pas d'enfant et a toujours refusé d'encaisser ses droits d'auteurs. Il fuyait les médias et les salles de concerts, ne chantant qu'en cercle intime durant les fêtes. Les cafés et les terrasses des maisons étaient sa scène préférée.

«Il était dans un détachement absolu des choses matérielles de la vie», témoigne un des rares journalistes à l'avoir connu, Noureddine Khelassi. «Il était voué au bonheur des siens à travers son art», ajoute le chroniqueur du quotidien La Tribune.

Le chanteur sera enterré jeudi au cimetière El Kettar à Alger près du plus illustre interprète algérois, Hadj M'hamed el Anka, décédé en 1978. Une prière des morts sera célébrée dans une mosquée, près de la Casbah.

tahar 21/11/2016 10:12

Le montant des cinq milliard de prêt, fait partie des 121 milliards de dollars que l’état possède dans ses caisses"

in chaallah la caisse des hommes de l ´hommbre

tahar 18/11/2016 12:04

algérien se souviendra qu’au départ, cette terre meurtrie

tahar 16/11/2016 10:58

merçi pour la sante mondial de destingue la maladie puisque l ímage d´un être hummain

bonne sante a nôtre chèr et confrere merçi une autrefois a docteur jacques Monségu

tahar 16/11/2016 10:54

Qui est le Docteur Jacques Monségu

Ce professeur en cardiologie est une sommité dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Il a plusieurs publications scientifiques notamment sur les avantages angiographie coronarienne (aussi appelée coronarographie) qui consiste à prendre des radiographies des artères coronariennes et des vaisseaux qui alimentent le cœur. Il est Cardiologue interventionnel au Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble. Diplômé de l'Université de Bordeaux en 1984, il a obtenu son diplôme de Spécialiste des maladies cardiaques et vasculaires de l'Université de Paris en 1993. Médecin militaire français, il a travaillé à l'Hôpital militaire de Val-de-Grâce à Paris jusqu'en 2013 et a été directeur de l'unité de cardiologie. Il a été nommé professeur de Val-de-Grâce en 2001. Depuis 2013, il travaille à l'Institut Mutualiste Montsouris à Paris et se déplace maintenant au Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble en tant que codirecteur de l'Unité de Cardiologie Interventionnelle. Pr Monségu est très intéressé par la recherche clinique et a participé activement à l'enseignement radial en France et en Europe. Il est également membre de la Société Française de Cardiologie et membre de la Société européenne de cardiologie.

tahar 13/11/2016 17:20

L’Algérie n’ira probablement pas au Mondial russe en 2018. Les camarades de Feghouli ont développé un football de débutants, loin d’inquiéter les Super Eagles, qui leur ont donné une leçon de football réaliste. 3 buts à 1, une défaite qui compromet sérieusement les chances des Verts.
rien de rien

tahar 12/11/2016 09:33

les américains qui ont voté pour Trump ne s'affichent pas dans la ville alors que ceux qui ne l'aiment pas ne cessent pas de manifester depuis
les algéro-américains ont peur!

TAHAR 10/11/2016 09:48

Le monde s’est réveillé avec les résultats des élections américaines ce matin. Donald Trump a été élu 45e président des Etats-Unis. Les personnalités politiques françaises n’ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux.
formidable coup de pied aux cul aux systheme politico mediatique et moundialiste et aussi français

SANS ISLAM U S A LOINGS

tahar 05/11/2016 10:19

les representants de journal 20h ENTV avec ses beaux coustumes de chohadas c´est un grand regales

bon chance

tahar 03/11/2016 16:09

Supervisé par les unités de l’ANP, en coordination avec les services du croissant rouge algérien (CRA), cet élan de solidarité, préconisé par l’Etat algérien en faveur des populations frontalières libyennes, s’assigne comme objectifs la consolidation et le raffermissement des relations fraternelles et de coopération avec les pays voisins.

belabed 28/09/2016 21:19

a oued zenati

belabed 28/09/2016 21:18

pourquoi on a pas bénéficier du programme d'une ligne ferroviaire dpuis 1960 a ce jour?????????merci

Chinoune 01/08/2016 17:10

موضوع الصحة في باب الزوار

Chinoune 01/08/2016 17:09

من فضلكم اريد نشرة اخبار للقناة الارضية يوم 28جولية 2016

khad wilaya 20/06/2016 17:55

bsr svp besoin du JT du 10juin en urgence pleaaaaaaaaaaaaaaaaase :(

badamounia 10/06/2016 00:52

ou je trouve les info de 13 h

Anonymous 15/06/2016 15:11

vous êtes déjà dans le dernier JT, n'écoutez pas votre voisin

Mohamed 15/06/2016 14:53

Bonjour, sur le site officiel de l'ENTV bon courage Mounia
Ps: Je suis votre voisin ;)

rodrigue 31/05/2016 20:59

Bonjour a toute l'equipe de la CANAL ALGERIE. Je suis technicien a AFRIQUE MEDIA Television. juste ssignaler que depuis nous avons des difficultés a vous recevoir. et aussi vous mettez les journaux en ligne tès tardivement peut on avoi un aoutre moyen d'avoir vos journaux le meme jour en ligne?

Anouar 05/12/2015 13:12

le JT 20 h en arabe du 03/12/2015 ne fonctionne pas, pourriez vous vérifier SVP

pok 12/05/2015 18:59

front des forces socialiste acceder a la repubique

jklñ 07/05/2015 16:38

je ve l álgerie incorrecte

tiayadene 04/02/2016 11:04

nº tf 00 34 650050809

pok 12/05/2015 19:01

0034650050809

Medane 15/04/2015 09:49

j'arrive pas voir le journal du Mardi 13/04/2015 pourquoi

maya 06/03/2015 19:25

svp on n'arrive pas a voir le journal télévisé du 05/03/2015 pourquoi ?

Toudji bachir 05/02/2015 08:47

la vidéo des informations du 04 02 ne marche pas jevoudrais la voir. Merci

Chérif 02/02/2015 18:19

J'arrive pas a avoir le journal télévisé du 30/01/2015 de 20h00

saad 06/01/2015 08:06

pour voir le journal tv 20.00 du 05.01.2015 est impossible

mahmoud benziane 21/11/2014 13:19

On cherche le journal télévisé de 20H du 20/11/2014.sur el cherrouk tv arabe.

nad 04/08/2014 09:23

J'arrive pas a voir le journale date le 20juillet 14

abdelhamid sihem 19/01/2014 00:30


votre vidéo ne marche pas et je veux absolument y avoir accés; si possible d y remedier 


merci d'avance 

dahmani 09/03/2015 10:27

comment telecharger

belsam 31/08/2014 21:36

vous pouvez le réclamez svp

Bob_A_A 19/01/2014 00:32



attendez, on verif !!


 


ok vérification terminée, le JT n'a pas été activé de la télévision Algérienne elle-même.pas votre faute pas la nôtre ..


l'Admin



A voir aussi اشياء جميلة تعجبكم

Ads

A voir Ailleurs

 

Moteur de recherche

Ambiance Facebook

Roll Over Beethoven