10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 09:44

 

Sultana Daoud est née en 1918 à Tiaret, dans le sud-ouest algérien. Son père est un rabbin d'origine marocaine. A l'âge de deux ans, la petite fille devient aveugle à la suite d'une variole mal soignée. Après avoir séjourné quelque temps dans une institution pour non voyants, elle revient chez ses parents. Pour s'occuper, elle apprend à canner des chaises, mais sa mère désire qu'elle s'initie à autre chose pour égayer sa vie, et pourquoi pas à la musique ? La mère de Sultana s'adresse à Saoud Médioni, dit l'Oranais, chanteur et violoniste de musique arabo-andalouse. Elle lui demande s'il peut apprendre à sa fille à jouer d'un instrument. Il lui apprendra bien plus. C'est lui qui la surnomme Reinette ; plus tard, elle deviendra " oranaise " comme lui. Il l'aide à développer sa voix, lui enseigne le luth et la mandoline et la fait débuter comme chanteuse dans le café qu'il tient dans le quartier juif d'Oran. Ils enregistrent un premier 78 tours et se produisent pendant une dizaine d'années à travers l'Algérie, animant des fêtes juives familiales et traditionnelles. En 1938, Saoud Médioni quitte l'Algérie pour ouvrir un café musical à Paris. Reinette le suit quelque temps, mais elle préfère retourner rapidement dans son pays. Son maître reste en France et ne survivra pas à la guerre : arrêté lors d'une rafle à Marseille où il s'était réfugié, Saoud Médioni est déporté en Allemagne d'où il ne reviendra pas.
De retour en Algérie, Reinette poursuit sa carrière et devient une des grandes chanteuses de son pays aux côtés, notamment, de sa coreligionnaire constantinoise, Alice Fitoussi. Au cours d'une fête qu'elle était venue animer, Reinette rencontre son futur époux, le violoniste Georges Layani. Celui qu'elle appelle affectueusement " mes yeux ", va être aussi son accompagnateur au violon et surtout à la derbouka, un tambour fait d'une peau tendue sur un tuyau de terre cuite. Interprète et luthiste, Reinette l'Oranaise se veut aussi une gardienne fidèle des traditions musicales judéo et arabo-andalouses. Elle s'applique tout au long de sa vie à recueillir et à transcrire en braille ces chants traditionnels. Pour interpréter des textes du répertoire classique, elle apprend l'arabe littéraire Elle intègre l'orchestre de Mohammed Al-Anka avec lequel elle participe régulièrement à des concerts diffusés par Radio Alger.
Comme plus de cent mille de ses coreligionnaires, la guerre d'Algérie la pousse à rejoindre la France. Dès 1961, Reinette et son époux s'installent à Romainville, en région parisienne. Elle se produit dans des fêtes et manifestations de la communauté juive française, mais il faudra attendre près d'une vingtaine d'années pour qu'un public plus large l'apprécie. Dans les années 1980, l'admiration de ses fidèles la fait revenir sur scène. Maurice Haddad, fin connaisseur parisien de musique andalouse, et Hoummous, journaliste à Libération, contribuent activement à ce retour. Entourée de musiciens juifs et arabes, avec notamment Mustapha Skandrani au piano, Reinette se produit dans les grandes salles parisiennes de la Bastille, du Bataclan et de l'Olympia. Elle est invitée à la télévision et sa notoriété s'étend à l'Espagne et à l'Angleterre.
En 1989, elle est nommée Commandeur des Arts et des Lettres. Elle reçoit, en 1995, le prix de l'Académie Charles-Cros pour son album " Mémoires " dans lequel elle interprète cinq titres du répertoire judéo-arabe classique en s'accompagnant au luth. Trois ans après la remise de ce prix prestigieux, Reinette l'Oranaise meurt à Paris, le 17 novembre 1998 à l'âge de quatre-vingt ans. Elle repose au cimetière israélite de Pantin.

En 1991, Jacqueline Gozlan lui avait consacré un documentaire : Reinette l'Oranaise. Le port des amours. Reinette y déclarait : " Je suis à peu près la dernière à être restée et je ferai tout ce qui dépend de moi toute ma vie pour protéger et agrémenter cette musique jusqu'à mon dernier souffle. " Elle a tenu parole et a servi la musique andalouse juive et arabe jusqu'à ses derniers jours.

Partager cet article

Published by Bob_Algiers_le_Magicien - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

Boulaa Abderraouf 14/03/2009 23:51

c est tres joli c est merveilleux jadore cette musique bien de chez nous surtout avec cet accent israelite.Pour ceux qui comprennent les paroles c est des mots tres fort.Franchement j ecoute cette chanson sans me lassé 10 & 20 fois de suiteAllah yerham Reinnette Daoud

Roll Over Beethoven