14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 13:47
     

 

JULES-ALEXIS MUENIER
Le port l’Alger (1888)
Huile sur toile 46x32 cm,
Paris, musée d’Orsay

     
EUGENE FROMENTIN
Une rue a El-Aghouat (1859)
Huile, 142x103 cm,
Musée de la Chartreuse, Doual.
                           




     

En 1833, afin « de recueillir sur le terrain les faits permettant d’éclairer le gouvernement », Louis-Philippe envoie une commission dans le pays à laquelle participent des artistes; ceux-ci dessinent tout ce qui leur semble différent de la France; ils racontent leurs impressions dans des récits, voire des guides de voyage. Ils découvrent un monde qui leur paraît préservé depuis l’Antiquité et opposé en tout a leur propre civilisation.
Alger aussi fascine les voyageurs. Avec son port, sa casbah, ses portes, ses mosquées, ses dômes et ses minarets, sa blancheur, elle s’impose plus que jamais comme la ville lumineuse, mystérieuse. Renoir y séjournera deux fois dans les années 1870-1890.
Les impressions de ces voyageurs alimentent la réflexion sur les colonies. Certains pensaient que la France devait apporter sa civilisation – supérieure selon eux – a d’autres pays. D’autres croyaient au contraire que les cultures du Maghreb étaient heureusement préservées des effets néfastes de l’Occident industriel. Les tableaux que peignent les artistes évoquent ces contradictions.

 

 
Armand Point
Cavalier arabe dans le Sud algérien (1887)
Huile sure toile 93x71 cm,   Musée Quesnel Morinière Coutances.

     

 

     

Partager cet article

Published by Bob_Algiers - dans Histoire - Géographie
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven