14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 13:42
     


 EUGÈNE DELACROIX, Juive d’Alger (1833)
Eau-forte 20,8 x 15,03 cm, BNF, Dépt. Estampes

             
 EUGÈNGE DELACROIX
Femme arabe assise de profil (Etudes 1832)
10,7 x 13,8 cm, Musée du Louvre, Dépt. Arts Graphiques Paris
     

.

     


      EUGÈNE DELACROIX
Deux babouches.
Aquarelle sur papier 10 x 18 cm,
Collection particulière.
     

   

 

   

Durant les années 1830-1880, alors que la France entreprend la conquête de l’Algérie, les peintres s’intéressent au thème du harem, cet espace interdit, propre au monde oriental. Le peintre Eugène Delacroix a réussi à visiter un tel lieu, en Algérie en 1832. De retour en France, il utilise les dessins croqués sur place pour peindre les Femmes d’Alger dans leur appartement. Il prend soin de transcrire le luxe oriental afin d’éveiller la curiosité du public français tout en conservant à la scène un air de mystère. Renoir considérait ce tableau comme « le plus beau tableau au monde » et s’en est souvent inspiré.
Les photographes aussi visitent l’Algérie. Félix Moulin prend une grande quantité de clichés et classe les gens selon leurs « races », leur sexe, leurs métiers ou leurs lieux d’habitation. Ce n’est plus le harem qui l’intéresse mais les différents types de femmes (Mauresques dansant, Juives d’Alger, femmes des Ouled Naïls avec leurs beaux costumes et leurs accessoires).

         
 

THÉDORE CHASSÉRIAU
Jeune fille Mauresque (1853)
Huile sur toile 41 x 32,3 cm,
Collection particulière Courtesy Brame
Et Lorenceau, Paris.

   
   
 

Partager cet article

Published by Bob_Algiers - dans Histoire - Géographie
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven