16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 17:53
  Salah Bey   1725 (né à Izmir en Turquie) - 1792        

Bey de Constantine de 1771 à 1792

كممت سري جحـــده لا نرقد نومي متهني
غزالي كنت معاهــده لا خنتو ولا خانو سعدي
فراقك مني طايقـــــة يا لالة واش يصبرني
خدك قمرة ضاوية في ليل أربعطاش ليلة
قدك سروال عالية إذا هب الريح تميل
غزالي ذو مقلة باهية ومن فقده ما يوجد حيلة
يا يمنة قوليلــــــــــي هذا خبرك ولا جاحده
على لباس الحولــــي أم القطاطي طاحو سودا
منك حار دليلــــــــي يا يامنة والوقت تعدا
ضنوني نبراك حتى قلبي زاد عليا
نتوسل باباك وتجيني في ضيق عشية
وراني نترجاك يالالا يا عائشة باية
يا صبري ما أقواني صابر على كثرة المواجع
هم الدنيا فاني المال والوخية راه مودع
اللي بيك واللي بي صابر عن كثرة المواجع
أنتي تتغالي قلبي مولع بيك
يا سنجاق البيات عن كل عمالة
أنتي يا ريدي يا رقبة البلار
سبايب تنكيدي ناسك يا خندود منعوك من يدي
كيفاش أنخليك تهموك بيا
راني مولع بيك
يا فرخ الطاوس نشريلك جبـــة
مع زوج مقايس خلخال بورطلين للكعبة غايس
وخزام بو وجهين نقش قسنطيني
راني مولع بيك

قالو لعرب قالو *** لا نعطو صالح ولا مالو
يالو نقتلــــــــو *** ويطيحو لرقاب على لرقاب
أهلكتني يا رقيق الناب
قالو لعرب هيهـات *** سيدي صالح باي البيات
هاذي من الله جات *** ضربة ربي جات مقدرة
روحوا لدارو يا سيارا
بالله يا الماشي تربــــــــــــــح *** هذا الطبول علاش يصيح
عن جال المخنتر سيد القومان *** يا ليعتي خيالو ما عاد يبان
روحي يا الدنيا ما فيك أمان
قال العربــي قـــــــــــــــــال *** سيدي صالح لاش هو يقتال
نفديوه بالمــــــــــــــــــــــال *** وقليبو ما جاب أخبارا
روحوا لدارو يا سيارا
كي خرجوه ضيق عشيــــــــة *** والخلق دايرة مسبية
براح ينادي على الربع أركان *** يا ليعتي خيالو ما عاد يبان
روحي يا الدنيا ما فيك أمان
أخرجت متهني *** وعطاوني لمان وخدعوني
هياولي كفنـــي *** وقليبو ما جاب أخبارا
روحوا لدارو يا سيارا
باب الحاج أرفع راســــــــــك *** وتشوف ما جرى في ناسك
عن جال المخنتر سيد القومان *** يا ليعتي خيالو ما عاد يبان
روحي يا الدنيا ما فيك أمان
دنقت لتزاير *** ما عرف قليب قلبي واش اللي صاير
بيات تتغايـر *** باي براهم جاي حزارا
روحوا لدارو يا سيارا
كي ركبوه علـــــى الزرزورة *** وليس قمجتو المحصورة
براح ينادي على الربع أركان *** يا ليعتي خيالو ما عاد يبان
روحي يا الدنيا ما فيك أمان
آه يا سرجييـن *** الدمع يسكب والقلب حزين
بيبان مغلوقين *** ما يرحم من كان حزارا
روحو لدارو يا سيارا
أم الحنينة ماذا عملـــــــــــــت *** بين القبور ماذا ناحت وبكات
بدموعها تشالي نعت الموجات *** حيرت لي دليلي والحال يشيان
روحي يا الدنيا ما فيك أمان

كي حصروا لمدينة وتغلقوا البيبان

وهرب صالح على مجرح ودماغو عريان
كي حكمو الشاوش دارلو زوج حديدان
قالو توضى يا صالح واخرج للميدان
لو عرفتو هكذا يجرى لي ما نسكن البلدان
نبني خيمة على ولادي ونعاشر العربان
خلوني نشوف أولادي منيش هربان
مخنوق بمحرمة شعالة ودموعو ويدان
يا حمودة يا وليدي أتهل في الدار
ما تلوموشي عليا يا كبادي عادة باب نار
كي دخلو لدارو فياو بيت المال
ذهب وجوهر خدام مع الوصفان
قالوا صالح راح **** وريولي قبرو يا سيـــــــــادي **** ونشوفو نرتاح
ويهبوا لريــــاح **** وانقبل الخد ليمن آش من باي **** يعوض صالح

 

Constantine fut choisie au XVIème siècle pour être la capitale du Beylik de l'Est. Le Bey était nommé par le pacha d'Alger qui pouvait le révoquer à volonté.
Plus qu'aucun autre, Salah Bey fit vraiment figure de prince. S'appliquant à continuer l'œuvre entreprise par ses prédécesseurs, il voulut doter Constantine de constructions dignes d'un chef-lieu de grande province. En faisant raser de vieilles maisons, il réorganisa tout un quartier, celui de Sidi el-Kettani, voisin de la Kasbah. Il y fit édifier une belle mosquée à laquelle il adjoignit une medersa. Cette école étant devenue rapidement insuffisante, il en créa une seconde à Sidi Lakhdar. On lui doit aussi la reconstruction du pont d'El-Kantara dont le passage avait été interrompu pendant cinq siècles.
La carrière de Salah Bey connut une fin dramatique ; Hassan Pacha, le Dey, le démit de ses fonctions, et, devant son refus d'obéir, le fit assassiner, en 1792.

Si la mlaya m’était contée...

Son histoire est intimement liée au destin tragique de Salah bey qui gouverna Constantine durant 21 ans dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Depuis quelques années, le port du fameux voile noir par les femmes dit m’laya est un fait rarissime aussi bien à Constantine que dans les principales villes de l’Est algérien.Troquée contre le hidjab, par commodité pour certaines, par modernité pour d’autres, la m’laya est le dernier effet vestimentaire à avoir résisté aux tentations de la modernité après la disparition, depuis fort longtemps, de nombreux habits traditionnels masculins et féminins. L’apparition de la m’laya dans le vécu des femmes de l’Est algérien, particulièrement à Constantine, remonte à plus de deux siècles. Son histoire a toujours été intimement liée au destin tragique d’un homme exceptionnel qui marquera pour l’éternité la mémoire collective constantinoise. Il s’agit de Salah bey qui gouverna Constantine durant 21 ans dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Connu pour ses ambitions politiques illimitées, il vécut une fin brutale et tragique. « Le 8 août 1792, le dey Husayn, nouvellement nommé, proclame la destitution de Salah bey et envoie pour le remplacer un certain Ibrahim Bousbaa, ancien caïd du Sébaou, dans l’Ouest. Quatre jours après son arrivée à Constantine, les partisans de Salah bey mettent à mort Ibrahim Bousbaa et Salah bey reprend les rênes du beylik et entre, de fait, en dissidence contre la régence à Alger qui n’hésitera pas à lui envoyer une armée renforcée. Dans la ville, à la faveur d’une insurrection, Salah bey perd ses derniers appuis. Sa tentative d’insoumission se termine dans le sang. Il est arrêté et étranglé le 1er septembre 1792. »(1). Les conséquences de cet événement et l’origine de la m’laya se trouvent expliquées par H’sen Derdour dans son volumineux ouvrage Annaba, 25 siècles de vie quotidienne et de luttes. Il évoque ainsi que « les Constantinois, qui étaient passionnés par son drame et dans lequel tout leur paraissait invraisemblable, les femmes, plus particulièrement, n’hésitèrent pas à accuser “le destin” de l’énormité, de l’horreur du crime. Aussi “banoutète”, “fkèrète” et “nadabète”, après chants lugubres et pleurs, se donnèrent-elles la mission de prononcer un deuil qui dure encore de nos jours : le port d’un voile noir aux plis lourds, qui enveloppe la femme de la tête aux pieds avec pour accessoire une désagréable chebrella (savate sans talon) »(2). Faut-il savoir d’après le même ouvrage que les femmes de l’Est algérien avaient porté avec élégance, modestie et dignité le haïk blanc, bien qu’à cette époque ce voile noir et encombrant ne fut pas une nouveauté. Une tradition perpétuée Depuis 1792, le port de la m’laya, obligation faite à la fille qui atteint la puberté, n’a guère changé. Un rituel qui se transmet de génération en génération avec les mêmes gestes, même si les accessoires d’accompagnement ont changé avec le temps. Mme Houria F., qui se rappelle bien l’époque des années 1950 quand elle a vu ses tantes porter la m’laya pour la première fois, remonte au premier jour où elle a mis le fameux voile noir une année après l’indépendance. « A l’époque, la chebrella connaissait déjà ses derniers jours. Les jeunes femmes préféraient les babouches par temps froid et les sandales en été. Certains hommes parmi les plus conservateurs n’admettaient pas encore que leur femme se découvre les pieds. Ils leur imposaient de porter des chaussures avec des “sockets”, une sorte de chaussettes en laine. C’était un peu dur à supporter », nous dira-t-elle. Selon toujours Mme Houria F., « la confection de la m’laya se faisait toujours à partir d’un tissu noir long de 12 bras, confié aux soins d’un couturier. Avec le morceau de tissu blanc appelé aâjar mis sur le visage, l’ensemble nous coûtait environ vingt dinars dans les années 1960, soit le prix d’une pièce de louis d’or de l’époque. Cette dernière vaut aujourd’hui près de 4000 DA. La façon de mettre la m’laya a toujours été simple et rapide. Après avoir serré la partie supérieure autour de la tête, on balance d’un mouvement bref du bras, appelé “ramia”, l’aile droite puis l’aile gauche derrière l’épaule en les tenant avec deux épingles. Une large fente maintenue au centre permettra une liberté du mouvement pour les bras. » La m’laya, son histoire, sa simplicité et son charme font désormais partie du passé. Pour les nostalgiques, il ne faut pas rater une occasion d’admirer pour les rares fois une m’laya furtive dans la rue. Ce sera comme assister au passage d’une comète inconnue dans le ciel.

Arslan S. El Watan - 11 novembre 2004

(1) D’après le livre d’Isabelle Grangaud La ville imprenable-une histoire sociale de Constantine au XVIIIe siècle Editions Média - Plus -Constantine - 2004.
(2) D’après le livre de H’sen Derdour Annaba - 25 siècles de vie quotidienne et de luttes Tome 2 Editions SNED - Alger 1983

Partager cet article

Published by Bob_Algiers_ - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

ahmed 25/04/2015 19:46

j'ai perdu mon papa qui s’appelé Salah , j'avais 10 ans et pendant 2 ans jusqu’à sa mort, ma Mère n'avait que cette chanson a la bouche que Dieu les protègent ainsi que tout les Musulmans , je suis en pleure actuellement en entendant cette très chanson et pourtant j'ai 65 ans . le Malouf c'est ma vie

farid 03/08/2016 22:19

moi aussi j'ai les larmes aux yeux.....rabi yarhem waldina kamel ربي يرحم آباءنا و أمهاتنا و جميع المسلمين

lakhdar 15/12/2014 23:56

EHHHH YA ZMEN QUI KANET NIA WEL GUELB ESSAFI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

GHENDJOU FATIHA 24/09/2014 15:21

TRES BELLE CHANSON YA HASSRAH ALA ZAMEN

kader 18/04/2011 21:25



grand merci à toutes les personnes qui sont à l'origine de ce site.....


Constantine est une ville accueillante, j'y ai vécu pendant six ans et c'est là que j'ai découvert le malouf que j'aime à ce jour...........et c'est grâce aux constantinois que j'ai appris les
délices de la vie à travers la musique andalouse.


quant au monsieur qui qualifie cette ville, carrefour de tants de civilisations, de fief terroriste, je pourrai dire qu'il se leurre .............


j'étais khaznadariste, et j'ai fais la Faculté de Constantine, je suis d'Alger et je suis sûr que certains de mes anciens camarades de classe pourraient facilement me reconnaitre.


pour conclure, je dirai tout simplement "je suis amoureux de constantine" et j'embrasse tout le monde à Constantine.



kamel 16/04/2011 19:39



cher ami tu te trompe constantine n'a jamais été une ville de terroriste ca c'est les commentaires de la presse étrangére pour qu'on déteste notre pays et notre religion puisque c'est tout ce
qu'on posséde


et puis peut etre tu ne connait meme pas ta ville et a ta connaissance  on ne peut pas regreter les bars alors je te cite quelque jardins qui te manque a ce point 1 celui du centre ville 2
celui de saint jeant gombetta 3 celui des 7tournants a belle vue 4bab el kantra et encore mon cher .


les cinema on été fermé pour une longue période juste par mesure de sécurité mais ils y sont tjrs


et si tu es un amateur de malouf rouh tchouf tzid t3amar rassek et tu sera rasasier


 


 



Youcef de marseille 15/04/2011 13:15



superbe chanson, quand  je l'écoute , je pleure ..


Merci les créateurs de ce site; merci beaucoup



Mustafa 13/12/2009 00:00


merci merci merci merci, je plaure qd j'écoute cette chanson , elle me fait rappeler ma ville natale constantine ; qui est devenue islamiste terroriste , sale un
gros village ou les gens se meurent chaque jour..
pas un bar , pas un cinéma, pas uen piscine , pas un jardin public, la mort à petits feu..
ou est tu la belle ville de constatntine ..? ya hasra ala lemlaya ou zine allah allah
merci Mr l'administrateur , j'ai les alrmes aux yeux ..


Roll Over Beethoven