27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 19:58

 

Enrico Macias qui s'appelle en réalité Gaston Ghrenassia, naît le 11 décembre 1938 à Constantine en Algérie dans une famille juive. Il suit sa scolarité normalement tout en s'adonnant au plaisir de la musique, celui de la guitare en particulier. Son père est violoniste dans l'orchestre de Cheick Raymond Leyris, grand maître du maalouf, musique arabo-andalouse spécifique du Constantinois. Dès l'âge de 15 ans, le jeune Gaston se retrouve dans cet orchestre prestigieux et devient rapidement l'éventuel successeur de Cheick Raymond.

 

En 56, il obtient son baccalauréat et postule pour avoir une place de surveillant dans une école. La musique ne semble pas lui proposer un métier d'avenir. Comme il y a un manque d'effectif notoire dans l'enseignement, il est embauché comme instituteur. Il continue néanmoins à pratiquer la guitare.

Mais l'Algérie "française" vit ses derniers instants, celle où les catholiques, les Juifs et les musulmans vivent sur le même territoire. Un mouvement nationaliste mené par le Front National de Libération (FLN) se bat pour obtenir l'indépendance de ce pays colonisé par la France au XVIIIème siècle. La guerre passe aussi par la guérilla, les meurtres, les assassinats. En 1961, Cheick Raymond est tué le 22 juin à Constantine. Le jeune Gaston se rend compte de l'aspect inéluctable de l'exil, signe flagrant de la fin d'une époque.

 

Exil

Il s'embarque en 61 avec Suzy, sa femme et fille de Cheick Raymond sur le "Ville d'Alger", bateau qui les emmène en "métropole". Le départ est un vrai déchirement pour toute une population condamnée à l'exil. Il en va de même pour Gaston. En arrivant à Paris, il décide de se lancer dans la musique. Prodige du maalouf, il lui faut s'adapter au public métropolitain. Il tente de traduire en français, les morceaux de ce genre particulier. Mais le résultat ne lui semble pas satisfaisant. Il se compose alors un répertoire personnel fait de ses propres expériences.

Mais il faut survivre. Il exerce plusieurs métiers pour subsister puis reprend sa guitare, chante à la terrasse des cafés, et se décide à prospecter les cabarets. Il est engagé au Drap d'Or en 62. Son premier disque, il le doit à une rencontre hasardeuse avec Raymond Bernard de chez Pathé qui lui fait enregistrer "Adieu mon pays" composé sur le bateau de l'exil : "J'ai quitté mon pays, j'ai quitté ma maison, j'ai quitté ma famille…". En octobre, il passe à la télévision lors d'une émission Cinq colonnes à la une consacrée aux rapatriés d'Algérie, aux "Pieds noirs" comme on les appelle dorénavant. C'est le déclic.

Enrico-macias-1-copie-1.jpgEn 63, il commence à se produire en public et fait sa première tournée en vedette américaine de Paola et de Billy Bridge. Il la terminera en vedette principale avec des titres comme "Enfants de tous pays" ou "L'Ile du Rhône". Cette année-là, naît aussi sa fille Jocya.

Le chantre des Pieds Noirs

En plein boom yéyé, Gaston devenu Enrico Macias, fait un véritable malheur. L'année 64 est le début d'une grande carrière française et internationale. Il se produit à l'Olympia en première partie des Compagnons de la chanson au printemps. Il part bien sûr en tournée à travers la France mais aussi au Liban, en Grèce et en Turquie où il chante des chansons qui vont devenir des tubes, "Paris, tu m'as pris dans tes bras" ou "les Filles de mon pays".

Si son public originel est bien celui des Pieds Noirs qui se retrouvent dans le répertoire de Macias et qui voient en lui un représentant de leur communauté, le chanteur réussit à toucher aussi le plus grand nombre, à faire fredonner ses chansons par n'importe qui. En 65, il reçoit le Prix Vincent Scotto et compose "les Gens du Nord" et "Non je n'ai pas oublié". L'année suivante, il se produit à Moscou devant 120.000 personnes au stade Dinamo et dans 40 autres villes soviétiques. Il s'embarque aussi pour le Japon où son succès est impressionnant. Il enregistre des disques en espagnol et en italien. Rien ne semble l'arrêter.

Les années suivantes se ressemblent entre les disques et les tournées, tout en apportant leurs lots de nouveautés et d'émotions fortes. En 68, il remporte un immense succès au Carnegie Hall à New York et enchaîne sur des concerts au Canada. Il sort un titre intitulé "Noël à Jérusalem". L'année suivante est marquée par une tournée aux Etats-Unis, Chicago, Dallas, Los Angeles, etc. En 71, il revient à l'Olympia à Paris, se produit aussi au Royal Albert Hall à Londres et va chanter au Japon, au Canada, en Italie et en Espagne. Il retourne aux Etats-Unis pour plusieurs dates et se produit une nouvelle fois au Carnegie Hall à New York en 72. Deux ans plus tard, c'est à l'Uris Theater à Broadway qu'il donne une dizaine de représentations ainsi qu'à l'Olympia pour la sixième fois depuis ses débuts.

Sadate et les pyramides

Il se voit décerner un Disque d'or en 76 pour son album "Melisa" sur lequel on trouve la très belle chanson "Malheur à celui qui blesse un enfant". Outre un passage à l'Olympia, il effectue aussi une grande tournée au Japon, en Israël et en France, qu'il refera deux ans plus tard en 78, année durant laquelle il est invité par le président Anouar El Sadate à se rendre en Egypte. Interdit depuis longtemps dans les pays arabes, Enrico Macias, fils d'une famille juive d'Algérie se produit devant 20.000 personnes au pied des pyramides. Son message est celui de la paix, avec des chansons comme "Aimez-vous les uns les autres".

Enrico-Macias-5.jpgKurt Waldheim, alors secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies remet au chanteur en novembre 80 le titre de "Chanteur de la Paix" alors que celui-ci abandonne ses droits d'auteur sur "Malheur à celui qui blesse un enfant" au profit de l'Unicef. La reconnaissance internationale de l'artiste fait de son succès le symbole de sa réussite personnelle. Macias ne s'arrête pas là et continue inlassablement de se produire partout où il peut, à l'Olympia bien sûr en mars 81, ou en Israël et aux Etats-Unis toujours, pays qu'il l'accueille à bras ouverts. Sur le label Trema avec lequel il vient de signer, le chanteur sort les titres "Juif espagnol" et "le Mendiant de l'amour".

S'il prône l'amour et la paix, Enrico Macias peut constater chaque jour que les évènements mondiaux ne le suivent pas sur cette voie. En effet, Anouar El Sadate est assassiné le 6 octobre 81. Le chanteur compose pour lui "Un berger vient de tomber". La chanson hommage est alors plébiscitée par le public. En septembre 82, après être retourné chanter aux Etats-Unis, il s'installe pour un mois à l'Olympia avec l'orchestre oriental de son père, Sylvain.

Distinctions

Entre la sortie d'un album ("Deux ailes et trois plumes" en 83, "Générosité" en 84), de 45 tours ("L'enfant de l'amour" en 83, "Je n'ai pas vu mes enfants grandir" en 85 et la chanson officielle de soutien à l'équipe de France de football pour la Coupe du Monde à Mexico en 86 "Vivas les Bleus") et les tournées à travers le monde entier, Enrico Macias se voit remettre la légion d'honneur par le Premier Ministre Laurent Fabius en mars 85.

C'est en Israël et en Turquie que son nouveau 45 tours "Zingarella" obtient un énorme succès en 88. Cette année-là, il donne des galas dans ces deux pays mais aussi en Corée. Puis il retourne en studio et sort quelques mois plus tard le titre "le Vent du sud" avant le rituel passage à l'Olympia (19 octobre au 5 novembre 89). Après une tournée au Japon et en Turquie, il sort en 91 un nouvel album "Enrico" sur lequel on retrouve un duo avec Ginni Gallan "Un amour, une amie".

En avril 92, il s'essaie à la comédie en interprétant une pièce de théâtre adaptée de l'anglais et intitulée "Quelle nuit". Les trois années suivantes, outre un album dédié à sa femme, "A Suzy", il se produit à peu près partout dans le monde des Etats-Unis (93) au Brésil (94) en passant par le Japon.

Alors que chacun s'accorde à voir en Macias un des pionniers de la musique métissée, il rend hommage en 95 au rocker national Hallyday, sur un air de reggae (!) écrit par l'incontournable Didier Barbelivien "Et Johnny chante l'amour". Puis il rempile pour une série de concerts à l'Olympia du 2 au 19 novembre 95 et ce, après 6 années d'absence.

Son attachement à des valeurs universelles comme la paix et la solidarité entre les peuples lui vaut une nomination prestigieuse en 97 : il est nommé par Kofi Annan, le Secrétaire général de l'ONU, "Ambassadeur itinérant pour promouvoir la paix et la défense de l'enfance".

Retour aux sources

La fin des années 90 voit le succès grandissant des musiques venues d'horizons très différents, la world music a ses lettres de noblesse et le public est avide de découvertes en ce domaine. Dans ce contexte, Enrico Macias n'hésite pas à présenter lors du festival du Printemps de Bourges en avril 99, un concert en hommage à Cheick Raymond, le maître de ses débuts. Il est en effet déterminé à faire revivre cette culture judéo-arabe par le biais de sa musique, culture qui cimenta dans le passé un pont entre les Juifs et les musulmans.

Après une aussi prestigieuse carrière, il faut dire tout de même qu'Enrico Macias représente encore en France, la culture des Pieds Noirs, quelque peu en voie de disparition au fur et à mesure que les hommes et les femmes nés français en Algérie disparaissent. Cette image embarrassante l'empêche sans doute d'atteindre un public plus jeune en même temps que son répertoire n'évolue guère. Cet hommage à Cheick Raymond lui fera peut-être prendre une autre voie artistique qui lui permettra de se renouveler.

En mars 2000, il est fortement question qu'Enrico Macias donne une série de concerts en Algérie. Ce projet exceptionnel a beaucoup de mal à se mettre en place et provoque maintes polémiques. Les raisons diverses sont toutes liées aux violentes difficultés politiques que connaît le pays. Souhaitée par beaucoup, refusée par d'autres, cette tournée est envisagée dans une optique de paix de la part du chanteur juif et dans une politique d'ouverture de la part du président algérien. Mais le projet est finalement reporté pour des raisons de sécurité selon les dires de l'artiste. Ce report est considéré comme une annulation définitive par beaucoup mais Enrico Macias reste très motivé pour donner un jour des récitals sur sa terre natale face à un public très demandeur.

Cet épisode riche en rebondissements le pousse à écrire un livre en collaboration avec Florence Assouline. "Mon Algérie" sort en octobre 2001 (Ed. Plon) et raconte la "véritable histoire d'amour" qui lie le chanteur à la terre qui l'a vu naître.

Nouvelles chansons

Enrico-Macias-4.jpgDébut 2003, Enrico Macias signe un nouvel album "Oranges amères". Supervisé par son fils, le producteur Jean-Claude Ghrenassia, il revient aux sonorités orientales de ses débuts avec de nouveaux textes, très marqués par le même thème de la paix entre les hommes. Le premier extrait "Oranges Amères" est un titre écrit par Marc Estève et Art Mengo qui montre bien la juste adéquation entre tradition et modernité que l'on peut retrouver tout au long du disque.

Depuis sept ans qu'il n'avait proposé de nouvelles chansons à son public, Enrico Macias part avec enthousiasme sur les routes de France pour une tournée qui passe par Paris, à l'Olympia, du 1er au 9 mars. On le retrouve même dans certains festivals d'été comme aux Vieilles Charrues à Carhaix en juillet.

Avec de nombreuses autres personnalités, il apporte son soutien à la Marche des Femmes "Ni putes ni soumises" qui luttent contre la montée du sexisme et de la misère dans les cités.

Alors que son disque "Oranges amères" atteint les 100.000 exemplaires vendus, Enrico enchaîne sur une tournée d'automne qui fait halte le 15 novembre au Zénith à Paris. A peu près en même temps, sort un double album enregistré en public et intitulé "Live à l'Olympia 2003" sur lequel on retrouve ses chansons les plus récentes comme ses anciens succès.

Continuant inlassablement à donner des concerts, Enrico Macias est sollicité pour tenir le rôle principal dans un téléfilm, "Monsieur Molina" dans lequel il campe un juge de proximité. Tourné en novembre et décembre 2005, il est diffusé en avril 2006 quelques jours avant la sortie de son nouvel album.

Dans la veine du précédent, "Oranges amères", cet opus intitulé "la Vie populaire", est largement influencé par la musique arabo-andalouse qui a bercé sa jeunesse. Alors que la réalisation est confiée à son fils Jean-Claude Ghrenassia, l'écriture est le fruit de collaborations avec Jean-Pierre Sluys, Marc Estève, Jean-Loup Dabadie, Kent ou Frank Monnet. La musique est écrite par des compositeurs comme Benjamin Seilles, Theophilo Chantre, Art Mengo ou Thierry Stremler. Polo signe à lui seul, "Les hommes libres". Le premier extrait de l'album s'intitule "Serrements de coeurs".

Visiblement ravi d'avoir réussi à faire revivre la musique arabo-andalouse, tout en lui donnant une seconde jeunesse, Enrico Macias espère ainsi transmettre aux générations suivantes une partie de son histoire, celle aussi de nombreux juifs d'Afrique du Nord

 

Partager cet article

Published by Bob_Algiers_ - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven