3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 21:11

***

*


est né le 06/07/1974 à Annaba, d'un père ouvrier est d'une mère au foyer, il a grandi dans une famille modeste composée d'un frère et de deux soeurs. Tous diplômés universitaires. Milieu de création et de motivation qui lui inculqua toute la soif du savoir
.
-Baccalauréat série Mathématiques en 1992 à Annaba.
-Ingénieur d'état en géologie 1998 de l'université d'Annaba. Les revenus modestes de sa famille l'ont motivé à se prendre en charge dés son jeune âge ; c'est pourquoi pour s'offrir son premier instrument " synthétiseur ", il dût sedébrouiller des petits boulots d'été. Lotfi réalisa des maquettes avec un matériel très archaïque pour se présenter à la radio locale et se faire connaître dans le milieu artistique. Son deuxième pas sera son passage sur les scènes Annabi pour présenter au public ce nouveau style de musique Algérien. Le résultat fut immédiat et beaucoup de jeuness'identifièrent en Lotfi comme porteur de leur message. L'un des premiers groupes de rap d'Algérie a fait son apparition dans la ville d'Annaba au cours de l'année 1996. La d isparité des phénomènes sociaux culturels du pays a inspiré le groupe. La jeunesse, le chômage, la corruption, la drogue sont les principaux thèmes ayant inspiré un nouveau style de musique typiquement Algérien nourri du HIP HOP et du R&B. La consécration de Lotfi " DOUBLE KANON " est venue au travers de ces textes qui reflètent les sentiments enfouis profondément dans les esprits d'une jeunesse marginalisée
.

***

Interview de Lotfi Double Kanon par le quotidien L'Expresse le 19/03/2005

«Le rap est de la poésie urbaine»
En marge du spectacle qu'il a anime mercredi dernier ou il a mis le feu aux planches de la salle Ibn Khaldoun, l'artiste bonois se confie ..
.

L'Expression: Lotfi, je crois savoir que vous avez déjà 14 albums sur le marche. Comment expliquez'vous cette fécondité musicale?
Lotfi: C'est parce qu'il y a une demande. Parce qu'a chaque fois que tu sors une cassette, le public te demande a quand la prochaine? C'est vrai qu'il ne faut pas exagérer car chaque album a son propre concept. C'est aussi une demande de l'éditeur car malheureusement chez nous, nous n'avons pas le système du single. En France, les albums peuvent contenir jusqu'a 20 titres alors que chez nous, on produit des maxi formates dans le genre album. Deux cassettes font un album en France. Exception faite du dernier album qui a dépasse les 9 titres. Il dépasse les 12..
.

Ce qui fait l'originalité de Lotfi, ce sont bien les textes satiriques qui critiquent la société avec humour. Pourquoi ce choix?
Je ne peux pas écrire autrement. Mes textes sont une caricature. J'aime tourner en ridicule des situations graves ou l'inverse. Je pense que c'est là ou se situe ma créativité. C'est comme le journaliste. Il se peut qu'il y ait deux journalistes qui assistent à un événement mais chacun aura son style, l'un pourra le rapporter en s'amusant, l'autre avec plus de sérieux..
.

Vous débitez des textes faramineux et «consistants». D'ou vous vient cette éloquence?
Le problème c'est de trouver le sujet, pas les mots. C'est l'analyse qui compte. Tout le monde possède en lui ces mots, les connaît sauf quand il s'agit de certains jargons médicaux notamment... Il faut trouver l'astuce aussi pour rester neutre, si tu veux parler des Kabyles et les opposants des Kabyles, pour ne pas dire autre chose... Il ne faut pas avoir un parti pris. Certains journalistes l'ont..
.

Quels sont les sujets qui te touchent actuellement?
La cassette est devenue aujourd'hui comme le journal. Elle a sa page rire ou détente. C'est oblige. Il y a la page qui te raconte ce qui se passe dans le pays, que ce soit dans le domaine économique ou politique, il y a la page mondiale, il y a la page culturelle, il y a la page cuisine à l'instar de «Bouraka»
.

Justement, raconte-nous l'histoire de ce morceau. Comment t'est-il venu a l'esprit?
Il m'est venu comme ça au cours d'un Ramadan. Écrire sur la drogue, le vol, c'est devenu facile. Tout le monde écrit dans ce sens. Le plus difficile c'est de trouver un autre sujet et le développer. Quelqu'un qui écrit uniquement dans la politique, tu lui donnerais un sujet autre dans un autre domaine, peut-il le faire? d'autant qu'un journaliste est censé observer, noter... tu prends un sujet des plus banals, tu essayes de trouver les mots adéquats pour décrire a titre d'exemple la table, la bouraka qui court comme Belloumi habillée d'une gandoura... c'est de la poésie. Or, certaines personnes ne l'ont pas compris. Mais quand même, on essaye d'apprendre aux gens une nouvelle forme de poésie, c'est comme Kalila oua Demna, c'est trois fois rien mais cela a une grande signification
!

D'ailleurs, tu évoques Shakespeare dans une de tes chansons...
Exactement. On va dire que c'est de la poésie urbaine. En dépit du fait qu'on utilise des mots de la rue, certains n'ont pas encore saisi que c'est de la poésie ou l'on peut trouver la métaphore, l'ellipse, cela existe dans la poésie universelle. On ne l'a pas étudiée certes, elle est venue toute seule. On a essaye de la développer
.

Tu aimes «tomber» sur les gens...
Tu es oblige. La critique c'est ça. Sa fonction: tu donnes un avis des gens qui se droguent, tu ne peux pas leur dire ce n'est pas bon parce que lui voit en elle du bien. Elle le fait marrer, elle l'amuse, tu ne peux pas lui dire: elle te donnera le cancer. Il te rira au nez et te répondra que l'eau du robinet peut provoquer le cancer! Tu peux citer le bon, comme le cote négatif de la drogue. Tu pèses le pour et le contre. Tu es oblige de donner ton avis maintenant partout et particulièrement en politique. Parce que si tu ne prends pas position, les gens te demanderont: et quelle est la solution
?

Quelle est ton actualité?
Je compte sortir un album avec des morceaux que l'on a réaménages au niveau du son et peut-être du texte. On va faire des remix carrément sur une chanson sur la Palestine entre autres, au départ le semple était celui de Beethoven, cette fois, ce sera le titre de Fayouz Zahra El Madaïn
.

Lotfi est en France depuis un an. Cela a t'il un quelconque rapport avec tes études en geologie ou avec la musique?
C'est comme une maison, elle a besoin d'un toit. On ne va pas se mentir entre Algériens. On connaît la situation dans laquelle on vit. On aime notre pays. Mais il faut évoluer. On ne va pas rester fermes sur nous-mêmes. On essaye de sortir et voir un peu le monde. On va et on revient. Le but c'est de joindre l'utile a l'agreable. Cela me permettra d'évoluer dans les milieux universitaires dans un cadre agréable. Je compte préparer mon magistère en géologie..
.

Avec quel artiste aimerais-tu faire des duos?
J'aimerai faire un duo avec Khaled. Tu n'es pas oblige de faire un tube mais tu peux délirer en chantant ensemble. Avec Baaziz aussi... les Américains, je ne pense pas, parce que la mentalité n'est pas la même. Nous n'avons pas les mêmes objectifs..
.

Il y a eu le phénomène raï&B fever cet été. Penses-tu que le rap peut s'accommoder du rai?
Bien sur. Le raï fait partie de notre culture. Il est plus vieux que le rap. Nous, on aimerait bien qu'il y ait ce mélange de cultures. Maintenant, si on parle du vrai rai entre Joséphine de Reda Taliani et Khaled, je crois que c'est le premier qui tend plus vers le raï. Khaled, c'est plutôt de la world music. Exception faite pour son dernier album qui marque un retour aux sources
.

Quel regard portes-tu sur le rap algérien?
Commercialement, il n'y a pas de marche pour le rap algérien. On ne peut dire que si Double Canon marche bien que le rap marche forcement bien et qu'il est implante sur le marche. Double Canon ne vise pas uniquement le public rap. On vise tout le monde. Il y a des groupes qui existent mais c'est le marche qui fait défaut. Qui dit marche, dit argent. Les frais d'édition..
.

Justement, cette chanson ou tu mets en dérision l'éditeur...
C'est pour dénoncer le travail de l'éditeur. Il faut savoir qu'un éditeur doit contribuer à l'essor d'une culture en l'occurrence en Algérie, même si a la base, c'est un commerçant... joyeux anniversair
e

Propos recueillis par O. HIND

Partager cet article

Published by Okbob.net - dans Salon de Musique
commenter cet article
 

commentaires

Roll Over Beethoven